AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA

  • AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA
  • AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA
  • AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA
  • AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA
  • AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA

AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHEBARACK OBAMA
un documentaire de William Karel2012

Voir page

« Au coeur de la Maison Blanche – Barack Obama » est une plongée dans les coulisses du pouvoir, au plus près du premier président noir des Etats-Unis. Avec une lucidité stupéfiante, et sans langue de bois, les principaux conseillers de Barack Obama, son premier cercle, racontent les batailles menées, souvent perdues, et dressent un bilan du premier mandat, particulièrement controversé du Président, critiquant son goût pour l’exercice solitaire du pouvoir, ses erreurs, ses faiblesses, sa naïveté parfois. Les meilleurs analystes politiques américains reviennent sur ces quatre années d’exercice du pouvoir, quand la machine politique devient infernale. Que se passe-t-il quand les beaux discours et les meilleures intentions se heurtent à la dure réalité du monde, d'une économie en pleine récession et d'une opposition implacable ?

Réalisateur

William KAREL

Un film de
William KAREL


Avec la collaboration de
James TRAUB


Produit par
Karina SI AHMED et Jean-François LEPETIT


Montage
Stéphanie MAHET


Assistante réalisation
Christiane RATINEY


Documentaliste
Marie-Hélène BARBERIS


Images
François REUMONT
Alan Mc PHEELY


Son
Caris THEO


Mixage
Philippe SORLIN


Voix de
Benoît ALLEMANE
Ilana CASTRO
Patrick FLOERSHEIM
Jean-Marie FONBONNE
Daniel LAFOURCADE
Régis REUILLAC
Michel RUHL
Aspiciendo SENESCIS
Philippe SOLLIER


Avec la participation de
Peter BAKER - Anthony BLINKEN
Gregory CRAIG - Arun CHAUDHARY
Tom DASCHLE - Adam FRANKEL
Jodi KANTOR - John KERRY
Ryan LIZZA - George MITCHELL
Steve RATTNER - Bruce RIEDEL
Patti SOLIS DOYLE - Larry H. SUMMERS
Mona SUTPHEN - Henry WAXMAN
Scott WILSON - Richard WOLFFE


Étalonnage
Gérard HEYDON


Superviseur technique
Guillaume BAUER


Assistants montage
Cyrielle THELOT
Antoine LEGARDINIER
Nobuo COSTE


2ème assistant réalisation
Marc PONDRUEL


Traductions
Anne BARBÉ
Jill TOWSLEY
Romilly WALTON MASTERS


Transcriptions
Ruby DUPRET
Romain RICHARD


Post-production
DEFLIGHT


Direction de Production
Natacha LEGRAND
Claire DAVANTURE
Sofia SAA


Chargée de production (USA)
Charlotte MANGIN


Administration de production
Jean-Pierre BILLARD


Assistants de production
Héléna MENDES
Antoine DU VIVIER


Stagiaires de production
Gautier DUBOIS
Vivien MELTZ
Frédéric GAZEAU


Conseil ventes internationales
Heidi FLEISCHER
Martine MICHON


Archives images
(Parties I&II)
NBC News Archives
AP Archive
Tous droits réservés


Archives photos
Official White House Photos de Pete Souza et Chuck Kennedy


AFP
Allison Shelley / The Washington Times
AP Images
Brynn Jacobs
Callie Shell / Aurora Photos
Christine Hernandez pour Aulnay Palestine Solidarité


Deadline press and Picture agency
EPA / MAXPPP
Erica Joy
Flash 90
Getty Images
Lt. j.g. Haraz N. Ghanbari
Staff Sgt. Kyle Davis
Staff Sgt. Lorie Jewell
Staff Sgt. Stephen Schester
Jay Janner / American Statesman
Magnus Wennman / Aftonbladet
Rebecca Nelson / Medill
Reuters
Walt Disney Productions / Rue des Archives
UPI/MAXPPP


UK Ministry of Defense / MOD
U.S. Department of Defense
Washington Independent
Collections privées
Tous droits réservés


Musiques
(Parties I&II)
Edition Parigo
Universal Publishing Production Music France
Tous droits réservés


Remerciements
Clara Fon-Sing - Paul Patin
Greg Joyce - Dan Reed
Nina Saccomano
Judith Reignier
Manon Guillou
The French Institute - Alliance Française


Et tout particulièrement
Kathryn Joosten
(1939-2012)


Distribution internationale
ZED


Une production
FLACH FILM PRODUCTION


Avec le soutien du


Programme MEDIA pour l’Union Européenne


PROCIREP – Société des producteurs et de l’ANGOA


Avec la participation de


TV5MONDE
Louis-David Delahaye


RTS Radio Télévision Suisse
Unité des Films Documentaires
Irène Challand - Gaspard Lamunière


RTL - TVI
Claire Colart - David Oxley


SBS - NRK - RSI - VPRO - RTP - LTV
Al Arabiya News Channel


Centre National du Cinéma et de l’Image Animée


Et de
FRANCE TÉLÉVISIONS


Attachée de presse
Emma MEGUERDITCHIAN


Coordinateur de la production
Marc CARON
Nelly DUTREUILH


Administrateur de production
Anh ROQUET


Conseillère de programme
Adjointe au Directeur de l’Unité
Barbara HUREL


Directeur de l’Unité Documentaires
Fabrice PUCHAULT


© FLACH FILM PRODUCTION – 2012

Images du film

AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA
Flach Film

REVUE DE PRESSE

France Inter
PODCAST : WILLIAM KAREL

William Karel invité de Pascale Clark dans l'émission "Comme on nous parle" à propos de son film AU COEUR DE LA MAISON BLANCHE : BARACK OBAMA

Télérama
PODCAST Complètement PAF #38, le débat des critiques télé : “Au cœur de la Maison-Blanche”, “Le duel 2012” et “Alma, une enfant de la violence”

Écouter ou télécharger la revue et les extraits du film de William Karel dans l'émission "Complètement PAF#38", le débat des critiques télé animé par François Ekchajzer

Le MOUV
PODCAST : WILLIAM KAREL

Philippe Dana et Lorrain Sénéchal reçoivent William Karel, réalisateur du documentaire AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE diffusé le 6 novembre sur France 2 à 22h40

France Culture
PODCAST : WILLIAM KAREL - Un président pour l'Amérique

Caroline Broué reçoit William Karel dans l'émission La Grande Table à propos de son film AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE diffusé le mardi 6 novembre sur France 2 à 22h50

La Toile Medi Actu
INTERVIEW de WILLIAM KAREL

Entretien avec William Karel à propos de son film "Au cœur de la Maison Blanche : Barack Obama" en avant-première le mardi 6 novembre à 22h50 sur France 2

Realscreen
BARACK OBAMA : GREAT EXPECTATIONS "BEST SHOW" DU MIPCOM 2012

Barack Obama : Great Expectations was picked by realscreen as the ‘Best In Show‘ of our 2012 MIPCOM Picks, and staff at the Paris-based distributor have worked to finalize international sales since presenting the doc in Cannes last month and at Le Rendez-vous de Biarritz in September.

Real Screen
France Télévisions dévoile le projet "Obama, Great Expectations" de William Karel produit par Flach Film

Flach Film and director William Karel have been commissioned by France Television to produce Obama 2012 – a two-part doc looking at the U.S. president’s rise to power in 2008 and his first four years in office.

France Inter

PODCAST : WILLIAM KAREL

Françoise Mouly et William Karel sont les invités de Pascale Clark dans ce "Comme on nous parle" spécial médias américains et politique.
William Karel est documentariste. Il a réalisé Au coeur de la Maison Blanche Barack Obama, deux documentaires (2x52 minutes) qui seront diffusés le mardi 6 novembre sur France 2 à partir de 22h50.

Une plongée dans les coulisses du pouvoir, au plus près du premier président noir des Etats-Unis.

Réécouter l'émission : www.franceinter.fr/emission-comme-on-nous-parle-francoise-mouly-et-william-karel

Emission Comme on nous parle, par Pascale Clark
Jeudi 25 octobre 2012
Télérama

PODCAST Complètement PAF #38, le débat des critiques télé : “Au cœur de la Maison-Blanche”, “Le duel 2012” et “Alma, une enfant de la violence”

Obama par le grand documentariste William Karel. Le Guatemala raconté par Alma, enfant de la violence, ex-membre d'un gang. Complètement PAF, une émission animée par François Ekchajzer.

Au cœur de la Maison-Blanche, Barack Obama, documentaire de William Karel, mardi 6 novembre à 22h50, sur France 2.

Écouter ou télécharger le podcast :

http://television.telerama.fr/television/completement-paf-38-le-debat-des-critiques-tele-au-coeur-de-la-maison-blanche-le-duel-2012-et-alma-une-enfant-de-la-violence,88978.php

Emission animée par François Ekchajzer, réalisée par Alice Gancel, avec Lucas Armati, Emilie Gavoille, Samuel Gontier et Olivier Milo
Publié le 02/11/2012.
Le MOUV

PODCAST : WILLIAM KAREL

Philippe Dana et Lorrain Sénéchal reçoivent William Karel en studio ce midi pour nous présenter son documentaire "Au coeur de la Maison Blanche" diffusé dans le cadre d'Infrarouge sur France 2 le 6 novembre à 22h40.

« Au cœur de la Maison Blanche – Barack Obama » est une plongée dans les coulisses du pouvoir, au plus près du premier président noir des Etats-Unis. Avec une lucidité stupéfiante, et sans langue de bois, les principaux conseillers de Barack Obama, son premier cercle, racontent les batailles menées, souvent perdues, et dressent un bilan du premier mandat, particulièrement controversé du Président, critiquant son goût pour l’exercice solitaire du pouvoir, ses erreurs, ses faiblesses, sa naïveté parfois. Les meilleurs analystes politiques américains reviennent sur ces quatre années d’exercice du pouvoir, quand la machine politique devient infernale. Que se passe-t-il quand les beaux discours et les meilleures intentions se heurtent à la dure réalité du monde, d'une économie en pleine récession et d'une opposition implacable ? En deux parties, de son arrivée à la Maison Blanche (janvier 2009) à son entrée en campagne pour sa réélection (automne 2012), un Barack Obama comme on ne l’a jamais vu, grâce aux images inédites des équipes de NBC News Archives.


(Ré)écouter : www.lemouv.fr/diffusion-au-coeur-de-la-maison-blanche
France Culture

PODCAST : WILLIAM KAREL - Un président pour l'Amérique

En direct de l'Université Américaine de Paris, à la veille de l'élection présidentielle aux États-Unis.

Avec :

Ruth ZYLBERMANN, pour son documentaire co-écrit avec Thomas Snégaroff, Une présidente pour l'Amérique, mode d'emploi, diffusé sur Arte mardi 6 novembre à 22h20.
William KAREL , réalisateur du documentaire Au cœur de la Maison Blanche, Barack Obama, diffusé sur France 2 mardi 6 novembre à 22h50.

Pour cette seconde partie en direct et en public de l’Université Américaine de Paris, La Grande Table s’intéresse à la figure du président. De Roosevelt à Obama, comment s’est construite la figure du chef de l’Etat américain ? Et comment définir la personnalité de chacun des occupants du bureau ovale ? Les auteurs de deux documentaires, diffusés demain soir à la télévision, partagent leur analyse…

Émission La Grande table, Caroline Broué

(Ré)écouter l'émission : www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-la-grande-table-2eme-partie-2012-11-05
La Toile Medi Actu

INTERVIEW de WILLIAM KAREL

Après "Le Monde selon Bush", réalisé en 2004 à quelques mois de sa réélection, vous consacrez de nouveau un documentaire à un président américain en pleine campagne électorale…

Oui, j’ai l’impression de ne faire que ça ! La conquête ou la perte du pouvoir, de Bush à Sarkozy, en passant par Thatcher ou Giscard d’Estaing, sont des questions – des histoires, plutôt – qui me passionnent. Raconter aujourd’hui le premier mandat d’Obama à la Maison Blanche s’inscrit en effet dans cette droite lignée. Avec ce film, nous revenons chronologiquement, pas à pas, sur les promesses non tenues du président américain. Sur les près de 500 propositions qu’Obama a faites durant sa campagne, il a dû en mener disons une et demie à son terme. Le reste, il l’a complètement laissé de côté. Rien sur le changement climatique ni sur les essais nucléaires. Rien non plus contre la peine de mort – pas même un mot de compassion après l’exécution controversée de Troy Davis. Aucune enquête sur le mensonge des "armes de destruction massive". Par certains aspects, il a même renforcé la politique de Bush, appliquant encore la tristement célèbre Patriot Act qui autorise notamment les écoutes téléphoniques, prolongeant les réductions d’impôts ou continuant à expulser massivement les immigrés mexicains. Imaginez que, en quatre ans, il a reconduit plus de clandestins à la frontière que Bush en huit ans…

L’élection de Barack Obama est certainement celle qui a suscité les plus vives attentes dans le monde. Ne craignez-vous pas d’apparaître trop critique ?

En France, oser critiquer Obama, c’est un sacrilège ! Mais je pense que la moindre des honnêtetés consiste à dresser un bilan objectif de son mandat et à faire un état des lieux de ses "rendez-vous manqués". Les cinq plus emblématiques sont certainement les promesses de fermer Guantanamo, de mettre fin à la guerre en Afghanistan, de résoudre le conflit israélo-palestinien, de redresser l’économie et de réformer l’assurance santé. Autant d’étapes où Obama a échoué – Netanyahou a franchement saboté le processus de paix, j’espère que le film le montre bien –, même si la situation économique s’est améliorée et si la Cour suprême a finalement validé la réforme de l’assurance santé. Nous avons longuement bataillé pour pouvoir interviewer les conseillers à qui Obama avait confié ces cinq réformes ainsi qu’une dizaine de ses plus proches collaborateurs, de son caméraman attitré à sa secrétaire générale adjointe en passant par le rédacteur en charge de ses discours. Tous, à l’exception du conseiller à la Sécurité nationale Anthony Blinken, ont depuis quitté la Maison Blanche. Ils sont les premiers "déçus" de sa politique. L’intervention de cinq journalistes américains parmi les plus prestigieux (reporters au New York Times ou au Washington Post) permet de compléter leur éclairage et leurs commentaires.

Contrairement au Monde selon Bush, où la conduite du président américain était racontée et commentée "de l’extérieur", par ses principaux détracteurs, ce nouveau film est une vue "de l’intérieur", jusque dans les couloirs et les bureaux de la Maison Blanche, renvoyant d’emblée l’image d’un président plus accessible, plus humain…

Un président plus sympathique, oui, j’espère… Mais aussi quelque peu naïf, irréaliste, mal préparé et mal conseillé. Son chef de cabinet Rahm Emanuel a été en quelque sorte son mauvais génie.

Même les images "au cœur de la Maison Blanche" ne tiennent pas tout à fait leurs promesses. Vous avez choisi de montrer les nombreuses portes qui se ferment…

Oui, et c’est souvent Barack Obama lui-même qui claque la porte au nez des caméras ! Ces images proviennent des archives de NBC News. A chaque nouvelle investiture, la chaîne installe une trentaine de caméras à l’intérieur de la Maison Blanche pendant vingt-quatre heures. Les opérateurs font des travellings dans les couloirs, montent des plans complexes sur grue, s’immiscent dans l’intimité de certaines réunions, comme celles entre Barack Obama et Hillary Clinton, ou deviennent les témoins privilégiés de moments inattendus, comme lorsque le nouveau président décide d’aller acheter lui-même une centaine de hamburgers pour ses collaborateurs. NBC News se contente en général d’un montage d’une heure et relègue les rushs au placard. Nous avons pu avoir un accès libre à toutes ces images pour organiser notre film. L’occasion de montrer Obama comme on ne l’a jamais vu.

La Maison Blanche vous a-t-elle laissé utiliser librement toutes ces images ?


Sans aucune réserve, si ce n’est un droit de regard pour des raisons de sécurité. Je pensais par exemple que le long plan séquence qui démarre du rez-de-chaussée de la Maison Blanche jusqu’à la Situation Room (la salle de crise) au sous-sol serait interdit puisqu’il dévoile le trajet qui mène à cette pièce secrète. Or, nous avons eu l’autorisation de l’utiliser sans aucune contrainte. En revanche, nous avons dû supprimer une scène aussi anodine que celle montrant Barack Obama sortant de sa voiture. On voyait au détour du plan le blindage de la portière, ce qui risquait de compromettre sa sécurité.

L’armature du documentaire est constituée par les entretiens face caméra. La "patte" William Karel ?

J’ai l’impression de bégayer de film en film, car j’applique, en fin de compte, toujours le même principe. Sur les vingt témoins interviewés, chacun apparaît à l’image entre trois et quatre minutes. Ces interventions sont le fruit de longs entretiens, près de deux heures, menés avec James Traub, ancien collaborateur du New Yorker et journaliste au New York Times Magazine. Ensuite, charge à moi de couper leurs réponses, de les tricoter entre elles et de les agencer pour qu’elles racontent une même histoire.

Les intervenants s’expriment sans aucune langue de bois. Comment obtenez-vous une telle liberté de parole ?

Je crois que le principe d’un long entretien leur plaît. Ils sont habitués, avec les télés américaines, à des interviews express de dix minutes qui, une fois à l’antenne, ne représentent plus que trente secondes. Là, ils sont heureux de se plier à ce jeu d’une parole douce, progressive, à la première personne. Et puis, ayant pour l’essentiel quitté leurs fonctions, ils parlent d’autant plus librement de leur expérience à la Maison Blanche.

Pourquoi le bilan d’Obama est-il si critiqué ? Que s’est-il passé ?

Le président s’est vu reproché très tôt son indécision chronique. Naïf, utopique, peu réaliste, il a minimisé le poids des lobbies, des banques, du Sénat, du Congrès et surtout la puissance des Républicains et leur acharnement à détruire son mandat. De plus, il a voulu tout mener de front. Souvenez-vous : il entre en fonction le 20 janvier 2009, signe le démantèlement de Guantanamo le 21 et, le 22, lance le processus de paix israélo-palestinien ! Ses conseillers lui avaient pourtant recommandé d’espacer les réformes, à raison d’une tous les deux mois, mais il ne les a pas écoutés…

Quelle leçon tirer de ce mandat ?

Il faut quand même rappeler que Goldman Sachs a été le deuxième contributeur de la campagne électorale d’Obama en 2008. Il n’est pas difficile, dès lors, de comprendre comment il a "sauvé Wall Street" en renflouant les banques avec l’argent des contribuables… En fait, ce film montre que le président des Etats-Unis n’a que très peu de pouvoir. Dès qu’il n’a plus la majorité au Congrès, au Sénat ou à la Chambre des représentants, il est impuissant…

Le mouvement des deux épisodes dessine une trajectoire plutôt amère. Barack Obama "a changé", aux dires de vos intervenants. Un constat particulièrement frappant lors de la scène du Correspondents’ Dinner sur laquelle vous revenez longuement…

Il révèle là sa part cynique et froide. Comment peut-il plaisanter ainsi, assurer un tel show devant les journalistes et, entre deux blagues, descendre à la Situation Room pour lancer l’opération contre Ben Laden ? Tous nos témoins se montrent surpris par son attitude. D’autant que son commentaire ("Justice est faite") à la mort du leader d’Al-Qaïda révèle une droitisation de son discours que n’aurait pas reniée l’administration Bush… J’ignorais que ces deux événements se jouaient simultanément. Et je consacre en effet vingt minutes à cette soirée, car elle représente le moment clé de la présidence d’Obama, celui où, vaincu aux élections de mi-mandat et au plus bas dans les sondages, il repart en campagne. Dès le lendemain de l’élimination de Ben Laden, il prépare de fait sa réélection. Aux Etats-Unis, la durée des mandats présidentiels – quatre ans – est extrêmement courte. De l’aveu de ses proches, Obama a mis près d’un an à comprendre vraiment le fonctionnement de Washington. Autrement dit, quand il est enfin prêt à gouverner, il lui faut déjà rentrer en campagne. D’où la conviction unanimement partagée qu’un deuxième mandat lui permettra vraiment d’appliquer son programme de 2008.

Au cours de son discours, prenant à parti Donald Trump qui remettait en cause sa nationalité américaine, il ironise même sur le fait que les Américains aient marché sur la Lune, comme un clin d’œil à votre documentaire Opération Lune…

Alors là, oui, j’ai sauté de joie !

A bien des égards, votre documentaire renvoie souvent à un imaginaire de cinéma…

Oui, le modèle évident, c’est la série A la Maison Blanche, premier exemple d’un président noir à la tête des Etats-Unis. Tout le monde là-bas a cette référence en tête et les images de NBC News renforce cette impression de fiction permanente, au cœur du réel. Nous avons même poussé le jeu de miroir jusqu’à dédier le film à Kathryn Joosten, l’actrice décédée en juin dernier qui interprétait le rôle de la secrétaire du président dans la série. Cette mise en scène de la vie politique est véritablement ce qui me passionne. Pensez que, après sa démission, Margareth Thatcher a recréé chez elle une pièce identique à celle du conseil des ministres. Ses anciens collaborateurs y venaient tous les mardis pour y tenir un faux conseil... Autre exemple : au Portugal, quand Salazar a été écarté du pouvoir, il a continué à recevoir ses "ministres" (en fait, des comédiens) avec qui il décidait de réformes totalement fictives, consignées ensuite dans un journal imprimé en un seul exemplaire, à son seul usage. Quand Obama se rend "le plus simplement du monde" dans un fast food pour acheter des hamburgers à son équipe, on nage encore et toujours en pleine fiction. Ce que les caméras ne montrent certainement pas, c’est que, après son passage, des centaines d’agents des services secrets ont dû examiner de près tous les clients du restaurant !
Realscreen

BARACK OBAMA : GREAT EXPECTATIONS "BEST SHOW" DU MIPCOM 2012

Link TV, NHK, RAI elect for Zed’s Obama doc

French producer-distributor Zed has penned deals with networks in Japan, Canada, Italy and the U.S. for Barack Obama: Great Expectations, a two-part doc on the American president (pictured), who last night won re-election for a second term.

The 2 x 52-minute special, directed by William Karel (Looking for Nicolas Sarkozy), brings together members of Obama’s team and top political analysts to review the highs and lows of the U.S. Commander in Chief’s first term.

Zed has sold the doc to Link TV in the States, NHK in Japan, High Fidelity HDTV in Canada, IBA in Israel, RAI in Italy, VRT in Belgium, Servus TV in Austria, RTP in Portugal and ZDF/Phoenix in Germany.

Great Expectations was picked by realscreen as the ‘Best In Show‘ of our 2012 MIPCOM Picks, and staff at the Paris-based distributor have worked to finalize international sales since presenting the doc in Cannes last month and at Le Rendez-vous de Biarritz in September.

The two-parter was originally made by Flach Film for France 2, with coproduction and pre-sale partners RTL TVI, TV5 Monde, RTS, Al Arabiya News Channel, SBS, VPRO, NRK, RSI, RTP and LTV.

“This two-part special reveals not only the inner workings of the presidency, but also of the American political machine,” ZED marketing manager Julie Rouyer tells realscreen.

“We knew that other documentaries on Obama would be released for the U.S. presidential elections, but our two-part special was especially popular thanks to the renown of director William Karel. We saw real interest from buyers, despite the hard competition.”

“We knew that other documentaries on Obama would be released for the U.S. presidential elections, but our two-part special was especially popular thanks to the renown of director William Karel. We saw real interest from buyers, despite the hard competition.”

 
Real Screen

France Télévisions dévoile le projet "Obama, Great Expectations" de William Karel produit par Flach Film

... Among the other notable projects unveiled by France Télévisions, Le Mythe de la Sirène looks at the story behind the making of director François Truffaut’s 1969 classic Mississippi Mermaid on Réunion Island; while Flach Film and director William Karel have been commissioned to produce Obama, Great Expectations – a two-part doc looking at the U.S. president’s rise to power in 2008 and his first four years in office.

Karel has also been commissioned to make the 79-minute film Albums D’Auschwitz, a documentary telling the intersecting history of two Second World War photo albums, one belonging to a young Jewish girl and the other belonging to an SS officer.

The news comes after France Télévisions earlier this year restructured its commissioning department, as previously reported.

VOUS AIMERIEZ

AU CŒUR DE LA MAISON BLANCHE BARACK OBAMA

LE MONDE SELON BUSH

De William KAREL

VOIR