THE WORLD ACCORDING TO BUSH

  • THE WORLD ACCORDING TO BUSH

THE WORLD ACCORDING TO BUSH

Voir page

A film by William Karel

in collaboration with Eric Laurent
author LA GUERRE DES BUSH and LE MONDE SECRET DE BUSH
(Editions Plon)

Eight years apart, George Bush and his son, George W. Bush, have succeeded each other at the head of the world's most powerful nation. An unprecedented phenomenon in American history. The key events of the last twelve years have taken place during their terms in office: the collapse of the Soviet empire and the Communist bloc, the first Gulf War, the events of September 11, the globalisation of terrorism and the new conflict with Baghdad.

Who are the Bushes? Apparently, the “quiet dynasty” of modern America. But in reality a “dynasty” whose inconceivable family secrets are painstakingly concealed. The grandfather of the current President, Prescott Bush, made his fortune by managing Nazi companies after Hitler seized power. In 1942, his companies were confiscated for collaboration with the enemy. George Bush Senior, Ronald Reagan’s Vice-President and then President from 1988 to 1992, armed and financed Saddam Hussein. He approved the shipping of germ warfare strains to Iraq, thus enabling the country to launch a chemical attack against Iranian troops and the Kurdish population.

This film aims to pass through the looking glass and to show how the Bushes, father and son, have not only dined with the devil but have often invited themselves to his table. The bin Ladens and the Bushes have always been business partners and the family of the future terrorist chief indirectly financed George W. Bush’s political career. This unnatural alliance has continued since the September 11 attacks: Bush Senior is a top official in one of the biggest private investment funds in the USA, Carlyle, a group that has invested heavily in the arms industry: the Bradley tanks and the missiles used in the latest war against Iraq are made by firms controlled by Carlyle… and the bin Ladens. For the latter are Bush’s associates within this investment fund.

"The World According to Bush" is based on fully verified facts and eyewitness accounts. It offers a disturbing and striking portrait of the exercise of power at the head of the world’s leading democracy, as well as of the unacceptable alliances that have been forged and that remain painstakingly concealed.

The Bushes’ feelings of total impunity have attained their peak during the professional career and the political ascension of George W. Bush. His decision to attack Iraq and overthrow Saddam Hussein’s regime already appears as one of the most fascinating historical and political conundrums for historians to ponder over in the coming years.

No thriller or political fiction screenplay could have imagined the workings of such an intricate plot. Unfortunately, its actors are not fictional characters but, on the contrary, a man and a team who hold the fate of the world in their hands. For the first time in the political history of the USA, a small group of people, working together for thirty years, has more or less taken over American foreign policy and totally overhauled it, silencing all opposition. Behind the proclaimed global strategy, we find not only considerable economic interests but also a possibly more disturbing aspect, a religious project that George W. Bush identifies with completely, initiated by extremists who are part of the President’s direct entourage. Religion has taken on an all-important role since his arrival at the White House.

Never before in the history of the world’s democracies have one man and his team acted with such arrogance and impunity, defying international law and creating an unprecedented grouping of interests: the project blends politics and personal interests in an atmosphere of total cynicism. The latest war against Iraq, with its totally unforeseeable consequences, hides another danger, that of seeing America launch further "civilizing" operations of a similar type, imposed by force, fired by ideas that are at best naïve and at worst totally hypocritical, calculated over a dangerously short term.

With, opposite Washington, the rest of the world confined to the part of a mere extra…


 
After being broadcasted in TV, distributed in theatres and DVD in France, The WORLD ACCORDING TO BUSH will be shown in the following countries :

-South of Africa
-Africa
-Argentina
-Australia
-Belgium
-Bolivia
-Chile
-French speaking Canada :
-Roland Smith :rsmith21@look.ca
-english speaking canada
-South Korea
-Denmark
-Spain
-Finland
-Hungary
-Ireland
-Israel
-Italy:mariateresat@gaea.it
-Middle East
-Norway
-Paraguay
-Portugal
-Romania
-Switzerland: societes.jmh@bluewin.ch
-Sweden
-Turkey
-Uruguay

In the United States, the film is now available :

- in theatres : distributed by Silver Lake Film Festival (SLFF)
silverlakefilmfestival.org
gregptacek@earthlink.net

- in DVD : distributed by Licht/Mueller Film Corporation
andylicht@aol.com
filmstoseebeforeyouvote.org
info@filmstoseebeforeyouvote.org

or directly on www.amazon.com

World sales : 2001 Audiovisuel (Groupe Telfrance)
Laetitia Recayte
Tél. : +33 1 53 78 24 00 -
Fax. : +33 1 53 78 24 03
mail : recayte@2001audiovisuel.fr
             

Réalisateur

William KAREL

Jean-François LEPETIT
presents

A film by William KAREL

With
Eric LAURENT
Author of
LA GUERRE DES BUSH
LE MONDE SECRET DE BUSH
Ed. Plon

Sound and photography
Stéphane SAPORITO
Edit
Tal ZANA

A FLACH FILM PRODUCTION
Agnès VICARIOT
& Jean-François LEPETIT

With
FRANCE 2
RTBF
TSR
SBS

The world according to Bush
© Flach Film 2004



Interviews
William Karel

Director assistant
Christiane Ratiney

Editing assistant
Régis Carrara

Translation
Ian Burley
Lucie Mollof

Production director
Sophie Touzeau

Production manager
Jean-Pierre Billard

Production secretary
Aurélie Mazureau

Documentalists
Valérie Combard
Marie-France Pirotte
Serge Garcin

Subtitles
Yannick Roussille

Commentary
Michel Papineschi

Voices
Bernard Demory
Hervé Caradec
Jean-Marie Fombone
Denis Boileau
Michel Rule

Intertitles
Nina Prudence

Colour grading
Jean-Marie Fremont

Mixing
Philippe Sorlin

Archives
CBS News / BBC Worlwide
France 3
APTN
ABC via APTN
Gaumont Pathé Archives
Fonds ITN
NBC News Archives
CNN Images Sources
War in Iraq : the road to Bagdad
United States Embassy
(all rights reserved)

Photo archives
AFP
AFP/Getty
Reuters/MAXPPP
The Bush Library
Jonas Karlsson – Vanity Fair
(all rights reserved)

Aknowledgements
Ron Beinner
Vanity Fair
Alain de Chalvron
Nadia Maachi
Bernard Miyet
Amy Pollack
Jacqueline Pradel
Carol Sterzer
Life Outreach International
Aurélie Boileau
Erwan Salaün
Perrin Vossion

And
Ani DiFranco - "Self Evident"

A FLACH FILM PRODUCTION
www.flachfilm.com

With
FRANCE 2

Documentary programs unit
Yves Jeanneau
Anne Roucan
Production crew
Clotilde Beslon
Press secretary
Audrey Dauman

FRANCE 2
Alexandra Schamis

ASCOM for FLACH FILM PRODUCTION

With
RTBF (Belgium)
Claire Colart

TSR (Swiss)
Irène Challand

SBS (Australia)
Mark Atkin

And
Centre National de la Cinématographie

© Flach Film - MMIV

Images du film

THE WORLD ACCORDING TO BUSH
Flach Film

REVUE DE PRESSE

Communiqué de presse : Flach Film signe un accord avec Dailymotion pour la protection de son catalogue sur la plateforme-733

Paris, le 15 février 2008. Suite au déploiement sur son site en juillet 2007 d’une technologie de détection et  d’identification […]

GOOGLE FINED FOR COPYRIGHT INFRINGEMENT OF THE FILM « THE WORLD ACCORDING TO BUSH » DIRECTED BY WILLIAM KAREL.

The Paris Commercial Court declared, by a verdict handed down on February 20, 2008 that the firm GOOGLE, by allowing […]

Interview with Jean-François Lepetit about the film THE WORLD ACCORDING TO BUSH

You’re best known as a producer of fiction films What made you want to produce a documentary and to choose […]

press cuttings / 29 juin 2004

” An implacable demonstration that dissects the mechanism of power with terrifying precision. “Le nouvel Observateur ” Bunker-busting TV… Arthouse […]

Paris premiere
Le monde selon Bush, l'avis d'Elisabeth Quin - Paris premiere-683

Rigoureux La différence entre «Fahrenheit», le film de Michael Moore palmé à Cannes et ce remarquable documentaire de William karel […]

World According to Bush - Hitting U.S. Theaters Ahead of Nov. 2 Election-689

Just in time to reach moviegoers before the November 2nd election, organizers of the Silver Lake Film Festival will release […]

http://www.liberation.fr/page.php?Article=217247
«La liste des mensonges et manipulations de Bush est impressionnante» / Libération / chat sur internet-679

Le documentaire de William Karel, «Le monde selon Bush», diffusé vendredi sur France 2, s’inspire des enquêtes de l’écrivain et […]

http://www.lefigaro.fr/television/20040618.FIG0011.html
William Karel revient sur les mille premiers jours de la présidence américaine France 2 Bush, la «marionnette» / Lefigaro /Isabelle Nataf/18-06-2004-676

Ça commence fort. En guise de préambule, avant même le générique, Norman Mailer attaque : George W. Bush est «le […]

http://www.ecrannoir.fr/films/04/mondeselonbush.htm
Le monde selon Bush France / Ecran noir / 2004 / Sortie France le 23 juin 2004-677

1000 jours de présidence. George W. Bush n’est pas n’importe quel leader. C’est aussi le plus contesté. Par un écrivain […]

http://www.hollywoodreporter.com/thr/columns/postcard_display.jsp?vnu_content_id=1000542361
Frenchman takes own stab at Bush / hollywoodreporter / Shiraz Sidhva / 24-06-2004-678

PARIS — When "Fahrenheit 9/11" was selected for the Cannes film festival, another documentary about George W. Bush was waiting […]

http://www.sudouest.com/170604/une.asp?Article=170604a13622.xml
Le règne du mensonge - Jean-paul Taillardas-Sud-Ouest-Jeudi 17 juin 2004-673

C’est un réquisitoire argumenté, précis, affligeant. Si encore William Karel et Eric Laurent jouaient avec les a priori. Mais leur […]

http://www.lepoint.fr/television/document.html?did=148668
Du 11 septembre 2001 à la guerre d'Irak - Odile Tessier - le point 17/06/04-674

Le 18, F2 (22 h 35), documentaire (sortie cinéma le 23 juin).   Odile Tessier Fraîchement élu, George W. Bush […]

Le monde télévision
Un budget de 500 000 euros et huit mois de tournage - Propose recueillis par Catherine Humblot - Le monde télévision-12 juin 2004-670

Jean François LEPETIT aurait bien aimé que Le Monde selon Bush soit retenu à Cannes. Le producteur de Flach Film […]

Le monde télévision
William Karel :-669

Comme Michael Moore, vous avez réalisé un film sur George W. Bush. Comment est né votre projet ?C’est une commande. […]

http://www.lefilmfrancais.com
Bush - Editorial de Sophie Dacbert - Le film français - 11 juin 2004-667

Bush Bush sur toutes les bouches. Bush star du petit et du grand écran. Bush propulsé sur la planète Hollywood. […]

http://www.voila.fr
Le Monde selon Bush-666

  10/06 09:36  Après Michael Moore et son brûlot anti-Bush, palme d’or à Cannes, c’est au tour des Français William […]

CAHIER DU « MONDE » DATÉ SAMEDI 19 JUIN 2004
Réquisitoire contre Bush - Un dossier accablant - Francis Cornu - Le monde télévision-12 juin 2004-665

Réquisitoire contre Bush William Karel signe un nouveau documentaire, « Le Monde selon Bush », sur France 2, qui révèle […]

Interview with Eric Laurent on the film THE WORLD ACCORDING TO BUSH

When you started writing La guerre des Bush, did you think that there could be a possible film or TV […]

Interview with William Karel on the film THE WORLD ACCORDING TO BUSH

Your film is largely based on an investigation carried out by Éric Laurent. How do you go from a book […]

Edition spéciale Production TV
The hidden face of George Bush

A quelques mois de la tenue des élections présidentielles américaines, et en attendant le film de Michael Moore consacré à […]

Communiqué de presse : Flach Film signe un accord avec Dailymotion pour la protection de son catalogue sur la plateforme-733

Paris, le 15 février 2008. Suite au déploiement sur son site en juillet 2007 d’une technologie de détection et  d’identification des contenus protégés, Dailymotion annonce un partenariat avec Flach Film, acteur historique du cinéma français, pour la protection de son catalogue sur la plateforme de Dailymotion .

 

Flach Film fournira à un tiers de confiance, prestataire de Dailymotion, les empreintes numériques de ses films et en comparant ces empreintes à celles des vidéos proposées par les internautes, la technologie du prestataire de Dailymotion devrait prévenir toute mise en ligne des contenus protégés.



Par ailleurs, au travers de cet accord, une large promotion d’œuvres du catalogue de Flach Film sera également mise en œuvre sur le site de Dailymotion. Dans ce cadre, les internautes pourront visionner sur le site de Dailymotion un extrait de 10 minutes du documentaire « Le monde selon Bush » à la suite desquelles leur sera proposée une lecture intégrale du film sur des sites de VOD payante.



En conjuguant la nécessaire protection des oeuvres et l’utilisation de son site communautaire comme vecteur de promotion du cinéma sur internet, Dailymotion réaffirme son engagement aux côtés des créateurs.


 


Un extrait de 10 minutes du documentaire « Le Monde selon Bush » est disponible sur le site : http://www.dailymotion.com/flachfilm


 



 


 


A propos de Dailymotion



 


Premier site mondial indépendant de partage de vidéos, Dailymotion offre le meilleur des contenus, qu’ils soient conçus par ses utilisateurs ou issus de ses partenariats. Depuis toujours au coeur de la stratégie du site, la création indépendante est mise à l’honneur, notamment à travers le programme exclusif MotionMaker, qui aide et met en valeur 3 000 des utilisateurs les plus créatifs du site (novembre 2007). Classé parmi les 40 sites les plus visités au monde (source : Alexa, novembre 2007), Dailymotion propose sept déclinaisons de sa page d’accueil proposant des contenus locaux distincts. En novembre 2007, le site a accueilli 40,2 millions de visiteurs uniques et enregistré 1,2 milliard de pages vues (source : Xiti, mesure site-centric) et 667 millions de vidéos vues (source : Dailymotion) dans le monde. Pour plus d’informations : www.dailymotion.com.

GOOGLE FINED FOR COPYRIGHT INFRINGEMENT OF THE FILM « THE WORLD ACCORDING TO BUSH » DIRECTED BY WILLIAM KAREL.

The Paris Commercial Court declared, by a verdict handed down on February 20, 2008 that the firm GOOGLE, by allowing the film « The World According To Bush » directed by William Karel to appear on its site, without the permission of its rightful owners, and after being notified of this, had committed an act of copyright infringement.



The firm GOOGLE was ordered to:


  • pay 150 000 Euros in damages to the firms FLACH FILM (Producer of the film) and EDITIONS MONTPARNASSE (its video and video-on-demand distributor),

  • a Fine of 1 500 Euros for each subsequent breach, if the film is ever put on line again on GOOGLE or any other site controlled by GOOGLE,

  • the publication of this judgment on the Homepage of the site GOOGLE VIDEO FRANCE,

  • to pay 1 000 Euros in damages to the two producers' unions APC and USPA who were co-plaintiffs in the suit,

  • the judgment being immediately enforceable.




To review the facts: since 2006, GOOGLE, via its site GOOGLE VIDEO FRANCE, made the totality of the film available free of charge, despite the complaints of the firms FLACH FILM (represented by Attorney Olivier CHATEL) and EDITIONS MONTPARNASSE, thereby breaching the Code for the Protection of Intellectual Property in relation to authors' rights and other related rights. The film could be accessed by streaming or downloading, and according to GOOGLE itself, had already been viewed a great many times over a very short period.



FLACH FILM wishes to point out that legal offers of films over the internet, that are vitally important to the industry, cannot be developed unless copyright infringements such as this one are firmly punished.





Abondance.com

Info du Net

NetEco

Znet

Le Monde Informatique

Les Echos

Interview with Jean-François Lepetit about the film THE WORLD ACCORDING TO BUSH

You're best known as a producer of fiction films What made you want to produce a documentary and to choose such a burningly topical subject ?

I think that reality always surpasses fiction. I was struck by the huge enterprise of manipulation that the Bush administration has undertaken. In this particular case, the turning point came when I read Eric Laurent's book, La guerre des Bush, which I devoured during a flight. The following day, I called the publisher to acquire the rights. As a producer but also as a citizen, I wanted this film to become a documentary film that would be seen by as many people as possible.



Was William Karel a natural choice to direct the film ?

We initially thought of a number of directors including Barbet Schroeder, Costa-Gavras and William Karel. The latter was not only enthusiastic about the project but was also free immediately. We had particularly appreciated his series Les hommes de la Maison Blanche, CIA guerres secrètes and Opération Lune. His knowledge of the USA, his impressive filmography and his scathing humour were all reassuring elements that convinced us that he would make a film worthy of our ambitions.



What difficulties did you have to face in making this documentary ?


The main difficulty was obtaining the participation of some of the main witnesses. Thanks to William's contacts, certain key characters like Frank Carlucci or Richard Perle agreed to take part. Editing also turned out to be a very delicate stage. Notably the section on the Patriot Act that was hard to fit into the final version.

The final difficulty for William Karel was finishing the film when the news was providing new elements that we could have used on a daily basis.



France 2 immediately joined you on the project…

Yves Jeanneau from France 2 showed us his interest and support as soon as we outlined the project to him, even before the director's name was know. But this is a relatively costly documentary with a budget close to 500,000 euros. Despite pres-sales to France, Switzerland, Belgium and Australia, the financial risk was a large one and only large-scale distribution throughout the world will allow us to break even.



Alongside its broadcast on France 2, the film is getting a theatrical release. Why is that ?


The trouble with television is that it has no memory. Most viewers are unable to tell you what they saw a week ago. Releasing the film to theatres, even 5 days after its TV broadcast, grants the work an additional notoriety, marks its release and roots it in people's memories. Moreover, a DVD release is scheduled for July 1st. With the American presidential elections a few months away, it is urgent that this film be seen by as many people as possible.



William Karel's documentary had its place at the Cannes Festival just as Michael Moore's film did. How did you feel about its non-selection ?

The festival's director, Thierry Frémaux, initially told me that he wanted to screen our film as part of the official selection, out of competition, if Michael Moore's film wasn't finished. Subsequently, he felt that, for diplomatic reasons, he couldn't select two anti-Bush films. I understand his position even if I don't share it for it is clear that the presence of Le Monde selon Bush in the official selection would have placed the film firmly within the international spotlight. It would have also allowed for some interesting comparisons. I feel that Michael Moore's film is occasionally overly demagogic. By presenting Bush as an idiot, he simplifies the ideas and makes his message dangerous. William Karel's approach is much more rigorous.



Has the film already been seen in the USA ?

Yes, buy only by buyers and distributors. Their first reaction was to ask us if everything that you see in the film is authentic! And we're talking about well-informed people here. That shows just how great the impact of the manipulation and lies is in a country where the press nonetheless has a reputation of being "free". We hope to find theatrical, video or TV distribution in the USA.



 





press cuttings / 29 juin 2004



" An implacable demonstration that dissects the mechanism of power with terrifying precision. "

Le nouvel Observateur


" Bunker-busting TV… Arthouse filmmaking that doesn't sacrifice rigour for the spectacular… The film rips along… "
Libération


" An explosive documentary… A meticulous investigation that produces a scathing portrait of the US president and his entourage…"
Technikart


" A stunning, incisive documentary… This film has all the ingredients of the greatest crime movies…"
VSD


"A relentless indictment, gripping from beginning to end…"
Télé Star


" A startling 90' documentary that breaks down the "Bush system" and reveals the dark side of the president of the world's only superpower."
Le film Français


"A searing indictment of Bush… We heartily recommend this merciless documentary… "
Le journal du dimanche


"A pitiless exploration of the heart of a rotten system… This documentary performs a public service…"
Télé deux semaines


"A documentary that hits a nerve… A painstaking investigation that reveals the secrets of the Bush clan and strips the President bare… An implacable demonstration…"
Les inrockuptibles


"A documentary packed with astonishing information on the unnerving dissipation of the Bush war machine… Strong television…"
Télérama


"A denunciation that is as compelling as it is damning. Exemplary!"
Le Monde-Télévision


"A damning investigation into a world of secrets, cynicism and corruption."
Télé Cable


"A documentary that takes the breath away, sketching a pitiless portrait of the American administration."
Le Figaro


"An exceptional documentary."
20 minutes


"Damning, dispassionate analysis…"
Le point


" A stunning, incisive documentary… Even more so than Michael Moore's!"
Le Parisien


" A sharp, insightful style… A fascinating investigation…"
L'express


"Terrifying! A remarkable and timely reality check."
Le canard enchaîné


"A portrait that sends shivers down the spine… We won't be able to claim we didn't know."
Zurban


"A remarkable investigation."
France-Soir


" An edifying and terrifying documentary. "
L'Humanité


"A breathtaking film. A detailed, comprehensive denunciation that leaves you gutted."
Sud Ouest


"A compelling demonstration…"
La croix


"Everything is said and examined without concession and without demagoguery. Forceful and unrelenting."
Le Figaro magazine


"A remarkable piece of investigative journalism. Unnerving but essential viewing."
La voix du Nord


"Fearsomely efficient… Watching the film, it's hard to believe your eyes! "
La libre Belgique


"A remarkable investigation… The Bush dynasty under the harshest of spotlights."
Elle


" Pragmatic, rigorous…"
Chronic'art


"Superbly constructed… Less provocative and more informative than Moore's."
Paris Match


"Indispensable viewing! Give it the Palme d'Or!"
Madame Figaro


"A mine of extraordinary information…"
Marianne


"The Bush mafia… Fascinating and compelling… At the other end of the spectrum from Farenheit 9/11."
Politis


"This "autopsy" of Bush's 3-year-old presidency leads to depressing conclusions."
L'Humanité hebdo


" Powerful, perfectly structured arguments based on penetrating evidence."
Ecran total


"French TV's top-of-the-range version of Michael Moore."
Télé 7 jours


" If Michael Moore deserves the Palme d'Or, William Karel deserves three of them!"
Le Monde


Paris premiere

Le monde selon Bush, l'avis d'Elisabeth Quin - Paris premiere-683


Rigoureux



La différence entre «Fahrenheit», le film de Michael Moore palmé à Cannes et ce remarquable documentaire de William karel tient à leurs natures respectives: le premier est une très séduisante et brillante oeuvre de propagande jouant avec les ficelles d’icelle, raccourci et martèlement, conçue par un idéologue disposant d’une caméra. Le second, beaucoup moins séduisant et drôle, beaucoup plus précis, complet et éthique, mené et réalisé par un cinéaste qui n’a pas pour but de faire voter contre quelqu’un, mais d’ouvrir les esprits, et de maintenir les citoyens en état de questionnement critique. Le jour et la nuit.



Au contraire du M.Moore, «Le Monde selon Bush» n’offre que très peu d’images d’archives montrant W. Le but de Karel n’est pas de prouver que le président des Etats Unis est bête par l’examen fasciné de sa physionomie, mais de comprendre qui il est, et ce qui le façonne : une dynastie d’affairistes, avec cette révélation sur le grand père Prescott bush qui aurait été un banquier secret d’Adolf Hitler. Puis des opinions, un conservatisme farouche et un libéralisme hérité de son père, enfin une foi aveugle, instrumentalisée par la droite chrétienne fanatique (Mel Gibson en fait partie).



A partir de ce maillage, résultat d’interviews et d’investigations , Karel veut faire comprendre ce qui se cache derrière l’engagement en Irak. Disons le tout de suite : l’analyse et les hypothèses du «Monde selon Bush» sont plus fouillées que chez Moore. De surcroît on a pas le sentiment que le réalisateur construit son film pour qu’il colle à son postulat de départ, Bush est une marionnette véreuse, virons-le, comme le fait Moore. La morale se niche dans le moyen d’arriver à ses fins, et si Karel n’a pas de respect pour W.Bush, la méthodologie pour le dire, elle, est respectable. Je vous laisse découvrir comment les deux thèses sont complémentaires.



«Le Monde selon Bush» n’est pas qu’une enquête accablante sur le plus mauvais président qu’aient jamais eu les Etats-Unis, selon Norman Mailer et le Los Angeles Times. C’est aussi un constat dramatique sur l’absence d’opposition politique efficiente dans le pays. De ce point de vue, le héros du film, un certain Robert Byrd, frappe comme héros john-fordien, mais ses 85 ans et ses tremblements parlent de crépuscule

World According to Bush - Hitting U.S. Theaters Ahead of Nov. 2 Election-689


Just in time to reach moviegoers before the November 2nd election, organizers of the Silver Lake Film Festival will release William Karel's "The World According to Bush" (Le Monde Selon Bush), a French documentary based on the book by Eric Laurent, which delivers a powerful indictment of the U.S. president. Considered a complement to Michael Moore's "Fahrenheit 9/11," the film features interviews with Bush advisers, administration officials, and even a speech writer, including Secretary of State Colin Powell, insider Richard Perle, and former CIA chiefs James Woolsey and David Kay.


"We were motivated to distribute 'The World According To Bush' first and foremost because we believe in the film and felt it was deserving of a wider audience," said Greg Ptacek, the festival's co-director along with Roger M. Mayer, in a statement. This Friday, "The World According to Bush" opens for a week at the Roxie Cinema in San Francisco and is also booked in Portland, OR and Cape Cod, MA, according to Greg Ptacek.


He indicated that while bookings in other cities are still being solidified, he expects to have a pre-election day release in as many as fifteen cities, including New York, Los Angeles, Chicago, San Francisco, San Diego, Seattle, Boston, Minneapolis, Austin, and others. Ptacek noted that while this is the festival's first foray into distribution, releasing other films is not out of the question.


"The initial reaction from independent theater owners to our distribution of 'The World' has been very positive, and now they're asking what else we have," said Ptacek in the statement. "From our perspective, there's no limit to quality, truly independent films that can find an audience at arthouse theaters across the country."


The doc, reportedly slighted by Cannes because the festival had already accepted Michael Moore's film, had its U.S. premiere at the Silver Lake Film Festival, where it won the event's best picture award at the end of September, and screened over the weekend at the Woodstock Film Festival.


 

http://www.liberation.fr/page.php?Article=217247

«La liste des mensonges et manipulations de Bush est impressionnante» / Libération / chat sur internet-679

Le documentaire de William Karel, «Le monde selon Bush», diffusé vendredi sur France 2, s'inspire des enquêtes de l'écrivain et grand reporter Eric Laurent («La guerre des Bush» et «Le Monde secret de Bush») qui a répondu aux internautes lundi après-midi.


Ines.b: Bonjour, documentaire de William Karel, film de Moore, les brûlots se succèdent contre Bush. Quel est leur véritable effet sur l'opinion américaine? Celle ci est-elle en train de réaliser qui est son président? Au point d'en changer en novembre ?
Eric Laurent: Il y a indiscutablement un revirement dans une partie de l'opinion américaine qui s'inquiète des entorses répétées aux règles élémentaires de la démocratie et de l'éthique politique pratiquée par Bush et son administration. La liste des mensonges et des manipulations qui se sont succédées depuis quatre ans est impressionnante: liens supposés entre Al-Qaeda et Saddam Hussein, responsabilité de ce dernier dans les attentats du 11 septembre, pseudo armes de destruction massive, en sont les exemples les plus frappants.


Looola: Comment un Français peut-il enquêter sur le président américain? Avez-vous eu plus de problèmes que vos collègues américains?
J'ai vécu et travaillé aux Etats-Unis, notamment à Washington, et j'avais tissé des liens avec des membres de l'actuelle administration. Le véritable problème était moins l'accès à des sources d'informations confidentielles que la passivité de la plus grande partie de la presse américaine à cette époque qui n'a ni cherché ni tenté d'exhumer des informations désobligeantes ou compromettantes sur le Président américain et sa famille.


Maou: Vous dites que Richard Perle avait assimilé votre livre à du «terrorisme». Comment cette menace s'est matérialisé et que pensez vous du conseiller de Bush, qui semble tout de même intelligent?
La menace ne s'est pas matérialisée, mais elle a fait l'objet d'une déclaration publique de Perle au cours d'une émission télévisée. Vous avez raison, la plupart des hommes qui entourent le président américains sont intelligents, ce qui les rend d'autant plus dangereux. Ils fonctionnent en réseau, ils se connaissent depuis 30 ans, poursuivent les mêmes objectifs politiques et pratiquent avec un art consommé la manipulation et la désinformation.


Didoo: Comment des membres de l'administration Bush peuvent-ils vous donner des arguments contre sa version des faits?
Pour une raison simple, même à des échelons élevés, certains membres de l'administration qui n'appartiennent pas au groupe des conseillers restreints du président, désapprouvent fortement les choix et les orientations politiques du président américain et de ses proches. Ils considèrent cette politique comme dangereuse, aventuriste et contribuant de plus en plus à isoler les Etats-Unis sur la scène mondiale. Ce sont pour ces motivations qu'ils ont parlé.


Patrick: Est-ce que des anciens pro-Bush ont fini par cracher le morceau?
Cette administration est en réalité extrêmement soudée. George W. Bush privilégie l'obéissance et la fidélité sur l'honnêteté. Le vice-président Cheney est impliqué dans de nombreuses affaires à travers la société qu'il présidait, Halliburton. C'est également le cas de M. White, secrétaire d'Etat à l'armée, qui était un des dirigeants du groupe Enron, qui a fait l'objet d'une gigantesque faillite frauduleuse. Cependant, ces hommes n'ont jamais été inquiétés par le président. Par contre l'ancien ministre des Finances, M. O'Neill, qui a démissionné et écrit un livre extrêmement dur sur Bush, a fait l'objet de nombreuses menaces.


aldo: «Quand on pense que Nixon a démissionné pour trois bandes magnétiques...», dites-vous ? On oublie souvent que l'affaire du Watergate a duré plus d'un an, que Nixon a été réélu entre-temps avant d'être enfin poussé à la démission...
Vous avez tout à fait raison et d'ailleurs l'ancien conseiller juridique de Nixon, John Dean, vient d'écrire un article très intéressant dans une revue juridique. Il déclare que si le système américain continue de fonctionner normalement, si les élus et les institutions jouent leur rôle, on devrait à terme aboutir à une procédure d'impeachment, c'est-à-dire de destitution contre l'actuel président des Etats-Unis. En effet, la gravité des agissements est sans commune mesure avec ceux de l'ancien président Nixon: on a menti à l'opinion américaine et internationale, on s'est engagé dans une guerre sans justification immédiate, en violation des règles internationales.


Maou: Est-ce que le lobby Bush se trouve uniquement dans sa région natale, ou a-t-il des soutiens ailleurs?
Le lobby Bush repose avant tout sur l'industrie pétrolière et le secteur de l'armement. Tous les proches collaborateurs et conseillers du Président américain ont parti lié avec les plus grands fabricants d'armement.


Kakia: Que deviendra l'influence de Perle et co. si Bush n'est pas réélu ? Cette équipe de faucons a-t-elle une influence au-delà du gouvernement (industriels, société civile, etc.) qui risque de se perpétuer quel que soit le prochain gouvernement ?
Ils ont une influence et des relais au sein du pouvoir économique et financier mais la non réélection de Bush les priverait évidemment du relais politique indispensable dont ils ont besoin pour mettre en œuvre leur politique.


Aldo: Dans ce monde de «miroirs et de fumée» qu'est l'univers du renseignement, quel crédit apportez-vous à ceux qui pensent que le faux document accusant l'Irak d'importation d'uranium a été concocté par certains membres de la CIA cherchant à piéger l'équipe Bush ?
Le film, «le Monde selon Bush», apporte un éclairage extrêmement intéressant sur cet épisode. Il donne notamment la parole au principal intéressé, Joe Wilson, ancien ambassadeur en Irak qui fut envoyé au Niger pour enquêter sur des soi-disant livraisons d'uranium à Bagdad et qui rédigea un rapport révélant que tout était faux. L'administration Bush et notamment le vice président Cheney ne lui ont pas pardonné cette indépendance d'esprit et de comportement et ils ont tenté de le discréditer par tous les moyens notamment en révélant la couverture sous laquelle travaillait sa femme, qui était agent de la CIA.


Bobsinclar: Si les Américains attrapent Ben Laden avant les élections, pour assurer une victoire de Bush, sachant qu'ils savent où il se trouve, entre le Pakistan et l'Afghanistan, l'opposition ne pourra-t-elle pas dénoncer cette mise en scène?
Peut être, mais la capture de Ben Laden n'aurait pas à mon avis un impact énorme sur le résultat des élections dans la mesure où Bush et son administration se sont eux-mêmes piégés en faisant porter la responsabilité des attentats du 11 septembre sur Saddam Hussein et le régime irakien.


Patrick: Les journalistes de «Libé» écrivent que vous êtes revenu avec Karel des USA sans véritables preuves sur les liens Ben Laden-Bush. Qu'en pensez vous?
Au contraire, mon livre, «la guerre des Bush» apporte des preuves irréfutables sur l'étroitesse et l'ancienneté des liens entre la dynastie Bush et la famille Ben Laden. Des liens qui remontent à 1976 quand Bush père était directeur de la CIA. Je consacre plusieurs chapitres dans mon livre à évoquer cette coopération, et les hommes qui sont impliqués.


LittleWing: Pensez-vous que Bush «prépare ses arrières» et fasse voter dans les prochains mois des lois bloquant l'accès aux documents pouvant le compromettre dans les événements du 11 septembre, les tortures en Irak, etc.?
Probablement. Déjà il a signé un décret prévoyant que ses archives ne pourraient pas être consultées avant 30 ans, ce qui est bien au-delà des normes habituelles.


LittleWing: L'influence des médias US va-t-elle être déterminante dans l'élection du 2 novembre et quel est son réel pouvoir de «propagande» pro-Bush vis-à-vis de l'Amérique «profonde» ?
La presse américaine, depuis le 11 septembre 2001, s'est caractérisée par un étonnant suivisme envers la politique de Bush. Toute critique ou remise en cause des options suivies par la Maison blanche ont été soigneusement écartées. Pendant trois ans, la presse américaine considérée pourtant comme un contre-pouvoir n'a pas rempli son rôle. Aujourd'hui, certains journaux redressent la tête, mais le chemin à parcourir pour retrouver la fonction critique et accomplir le travail d'investigation qui était le leur jusqu'alors est encore long.


Blub: Le «New York Times», le «Los Angeles Times» et même le «Washington Post» se montrent très critiques envers Bush ces dernières semaines. Cela pourra-t-il avoir un effet sur les élections de novembre ?
Je ne crois pas. Il faut savoir que la presse américaine, et même des titres prestigieux comme le «New York Times» ou le «Washington Post» sont avant tout des quotidiens régionaux, non diffusés sur l'ensemble du territoire. Le ton est donné par les chaînes de télévision, notamment les chaînes d'informations câblées comme Fox News qui appartient au milliardaire Ruppert Murdoch proche des Bush et qui a adopté tout au long de la crise irakienne, une ligne dure, intransigeante, fustigeant tous ceux qui osaient émettre la moindre critique ou réserve envers la politique suivie par Bush en Irak. Le tout avec une violence de ton inouïe.




 

http://www.lefigaro.fr/television/20040618.FIG0011.html

William Karel revient sur les mille premiers jours de la présidence américaine France 2 Bush, la «marionnette» / Lefigaro /Isabelle Nataf/18-06-2004-676

Ça commence fort. En guise de préambule, avant même le générique, Norman Mailer attaque : George W. Bush est «le pire président de l'histoire des États-Unis. Il est ignorant, arrogant (...), un crétin». L'écrivain est suivi par Robert Steele, ancien agent de la CIA : «Nous avons élu un président marionnette.» Pendant 90 minutes, les témoins se succèdent, vingt-six au total, pour conforter et étayer ces opinions, dans un nouveau documentaire coup de poing de William Karel (auteur, notamment, de CIA guerres secrètes et des Hommes de la Maison-Blanche). Une véritable essoreuse, qui tourne en superpuissance pour dresser un portrait implacable de l'Administration américaine : corruption, mensonges, manipulations... Et un chef d'État qui semblerait totalement dépassé par les événements, souvent au courant de rien, devenu président des États-Unis sans savoir pourquoi, en remportant «les élections les plus controversées de l'histoire des États-Unis» en janvier 2001.


Diatribe anti-Bush ? Film activiste à la manière d'un Michael Moore ? «Non !, rectifie William Karel, qui réalise avec ce Monde selon Bush (1) un cinquième documentaire sur les coulisses du pouvoir américain. Michael Moore, lui, s'est donné une mission avec ses films militants, notamment avec le dernier, Farenheit 9/11 : empêcher la réélec tion de Bush. Ma démarche n'est pas la même. J'ai voulu raconter une histoire, faire l'autopsie des mille premiers jours de la présidence de Bush à travers les propos d'intellectuels, de journalistes, d'anciens de la CIA, de politiques... Je n'ai jamais pris position dans mes commentaires, ajoutés pour préciser un fait. Pour autant, ce n'est pas un documentaire objectif puisque j'ai choisi les morceaux que je gardais. Parfois un témoin me parlait pendant une heure ou deux et je n'ai gardé que trois ou quatre minutes d'interview...»


Pour réaliser son film, William Karel s'est basé sur les deux enquêtes du journaliste Éric Laurent, publiées chez Plon (La Guerre des Bush et Le Monde secret de Bush). «J'ai trouvé ses livres passionnants, dit le réalisateur. Et quand Jean-François Lepetit et Agnès Vicariot (Flash Film) m'ont proposé de l'adapter, j'ai tout de suite accepté. Sachant que bien évidemment j'allais trahir Éric Laurent. Il avait écrit 500 pages, et 90 minutes de téléfilm ne représentent qu'une trentaine de pages !» William Karel a choisi de développer certains points précis des ouvrages d'Éric Laurent, comme la politique de Bush à l'égard d'Israël, son soutien indéfectible à Ariel Sharon et sa folie de la religion – il bénit et prie dans chacun de ses discours et encourage son gouvernement à faire de même, dit qu'il a rencontré Dieu, que la foi a changé sa vie et encore : «Je suis investi d'une mission divine, promouvoir une vision biblique de la politique menée par les États-Unis»...


Le réalisateur est également allé plus loin en développant des faits nouveaux – les livres du journaliste s'arrêtent avant la guerre en Irak. On découvre, par le biais des témoignages qu'il a recueillis, la volonté de l'Administration Bush – pour en finir avec Saddam Hussein –, de lui faire endosser la responsabilité des attentats du 11 septembre en créant un lien fictif entre le dictateur et al-Qaida. On découvre aussi le rapport «Patriot Act», concocté par un membre du ministère de la Justice, Viet Dinh, et pointé du doigt par le Centre pour l'intégrité publique : on demande aux Américains de se transformer en délateurs, «vingt-quatre heures sur vingt-quatre».


Et que dire de cette information sidérante ? : le 11 septembre 2001, à Washington, avait lieu, au Ritz-Carlton, l'assemblée générale du fonds d'investissement Carlyle en compagnie du frère d'Oussama Ben Laden... pour qui a ensuite affrété un Boeing afin qu'il puisse regagner l'Arabie saoudite avec sa famille, alors que l'espace aérien était strictement fermé.


Le documentaire de William Karel regorge d'informations et de faits troublants, notamment sur le passé et les liens du grand-père de Bush avec les nazis... «Je suis le dernier naïf à croire que Bush ne sera pas réélu...», dit le réalisateur. Malheureusement, son excellent documentaire ne sera sans doute pas diffusé aux États-Unis pour donner du grain à moudre aux Américains qui sont de plus en plus nombreux à souhaiter la même chose.

(1) Le documentaire sort en salles mercredi prochain et en DVD le 1er juillet (éditions Montparnasse).

«LE MONDE SELON BUSH», France 2, 22 h 35

http://www.ecrannoir.fr/films/04/mondeselonbush.htm

Le monde selon Bush France / Ecran noir / 2004 / Sortie France le 23 juin 2004-677

1000 jours de présidence. George W. Bush n'est pas n'importe quel leader. C'est aussi le plus contesté. Par un écrivain intellectuel, c'est normal. Par des anciens pontes de la CIA, ça intrigue. Par les faits, c'est ênant.
Et quand certains le défendent, cela plombe un peu plus l'héritier du clan Bush. Le cynisme le dispute à la cupidité. Pire, tout cela remonte aux années 40, quand le grand père de "W." était le banquier du IIIème Reich.
Votre texte ici
http://www.hollywoodreporter.com/thr/columns/postcard_display.jsp?vnu_content_id=1000542361

Frenchman takes own stab at Bush / hollywoodreporter / Shiraz Sidhva / 24-06-2004-678

PARIS -- When "Fahrenheit 9/11" was selected for the Cannes film festival, another documentary about George W. Bush was waiting in the wings in case Michael Moore's film wasn't ready in time. "The organizers were keen to include our film in the Official Selection but felt it was politically incorrect to have two anti-Bush documentaries at Cannes," says Jean-Francois Lepetit, whose Flach Film produced "Le Monde Selon Bush" (The World According to Bush).



Directed by seasoned documentary maker William Karel, the 90-minute film could scarcely be more different to Moore's pamphlet that went on to win the Palme d'Or. Karel's style is sober, eschewing humor and stunts in favor of heavyweight interviews.



"Le Monde" is a scathing attack on Bush's first 1,000 days in power, and chronicles the first family's alleged links with the oil and arms industries.



Originally made for French pubcaster France 2, the documentary premiered on television last Friday, but in an unusual move will open theatrically in France on Wednesday. "We wanted to give the film a wider audience," Lepetit explains.



Inspired by journalist-author Eric Laurent's two books on the Bush administration, "Le Monde" is the fifth film by Karel examining American political power. The Tunisian-born Swiss director insists he "adores" America, but chose to make the film because "it's a true story stranger than fiction."



Spending more than eight months battling "the veil of secrecy" surrounding those in office, Karel managed 26 detailed interviews, with personalities including Secretary of State Colin Powell, neo-conservative Richard Perle, former CIA directors James Woosley and David Kay, writer Norman Mailer, academics and journalists. "I was amazed how willing some people were to be interviewed, straight after they had left government and were no longer bound by secrecy laws," Karel says.



The €500,000 ($605,000) film covers many topics, including how the "Christian right Israeli lobby" has influenced U.S. policy in the Middle East and how the Sept. 11 attack gave a "clueless" Bush his raison d'etre -- the "crusade" against terrorism, the "false pretext" under which the second war on Iraq was waged, and the "big lie" linking Saddam Hussein to Sept. 11. The film illustrates how George Bush Sr., first as vice president and then as president from 1988 to 1992, armed and financed Hussein. The Bush family's alleged ties to the Bin Laden clan and Saudi Arabia are also examined.



Karel insists his film is not a French diatribe against America but rather a gathering of eyewitness accounts from Americans who lived through the times. "To think President Richard Nixon was impeached because of three tapes!" Karel exclaims. He hopes the film will be seen in the United States. "None of my films have made it to the U.S., but I'm hopeful that this one will," he says.



 





http://www.sudouest.com/170604/une.asp?Article=170604a13622.xml

Le règne du mensonge - Jean-paul Taillardas-Sud-Ouest-Jeudi 17 juin 2004-673

C'est un réquisitoire argumenté, précis, affligeant. Si encore William Karel et Eric Laurent jouaient avec les a priori. Mais leur enquête sur George W. Bush et son système s'appuie seulement sur des faits avérés, des témoignages crédibles. Heureusement, on y découvre aussi que les Etats-Unis sont multiples et que nombre de ses habitants sont debout, bien décidés à lutter contre les illuminés, les menteurs, les affairistes qui, pour l'heure, tiennent le haut du pavé.





« Une mission divine ». Après le 11 Septembre, Bush a profité de la tétanie du pays pour pousser ses pions. Dès lors, toute critique à son encontre passait pour antiaméricaine. Le seul élu qui s'est alors dressé devant un Sénat aussi muet que des élus (?) d'un parti unique fut Robert Byrd, un vieillard de 85 ans, républicain et ami de Bush père. Il faut vivre ce grand moment : « Ce gouvernement est cynique et arrogant, qui a appliqué une politique désastreuse dont nous récolterons les fruits pendant des années », lance le sénateur à une assemblée accablée. « Les déclarations de ce gouvernement sont révoltantes et, pourtant, cette assemblée reste désespérément silencieuse. » Silencieuse, on ne saurait mieux dire.


« Le Monde selon Bush », tel que le dépeignent les deux auteurs du documentaire diffusé par France 2 vendredi, est une drôle de planète. On y trouve d'abord des religieux tendance fêlés dangereux. « Bush a vraiment rencontré Dieu », affirme sans rire un télé-évangéliste. « Il est investi d'une mission divine. » On voit le chef du renseignement du Pentagone pas le premier venu prêcher en uniforme et dévoiler une photo sur laquelle apparaît le démon lui-même. Mais oui. En fait, il s'agit d'un avion espion. Face à un public crédule, ce sont des approximations qui passent. Pour d'autres prétendus chrétiens, Sharon n'est rien moins que « l'homme choisi par Dieu pour accomplir la prophétie de la fin des temps ». En réalité, ces néochrétiens, faux amis d'Israël, espèrent bien convertir les juifs juste avant le Jugement dernier.





« Une catastrophe utile ». Deuxième axe pris par Karel pour démonter le système Bush : les mensonges et les omissions à l'égard de l'Irak. « Le 11 Septembre, ce n'était pas une attaque, c'était un cadeau », relève Robert Stelle, un ancien agent de la CIA. « C'était une catastrophe utile aux gens du pouvoir qui pataugeaient depuis neuf mois », s'indigne l'écrivain Norman Mailer. Enfin, Bush Junior tenait son prétexte pour « refaire une carte politique du Moyen-Orient pure, nette et simple », selon le diplomate Joseph Wilson, ce proche de Bush dont l'épouse, agent de la CIA, paya cher le refus de son mari de trouver des preuves d'achat d'uranium par l'Irak.

Troisième volet, l'affairisme : jamais, dans l'histoire des Etats-Unis, un président et son entourage n'auront paru autant magouiller. L'occasion pour Karel de révéler les liens entre le grand-père Bush et les nazis, dont il était le banquier. Mais aussi de rappeler ceux unissant l'administration au pouvoir avec les Saoudiens. Utile révélation : le seul avion civil qui fut autorisé à voler dans le ciel américain désert du 12 septembre était celui du frère d'Oussama Ben Laden, qui ramenait au pays tous les membres du clan.





Novembre 2004. Face à ce président qui n'était jamais sorti des USA avant son élection, face à tous ceux qui l'entourent et parce qu'il ne faut jamais désespérer de l'Amérique, des citoyennes et des citoyens se lèvent et pointent du doigt les errements de l'administration au pouvoir. Avec l'ambition de convaincre la majorité silencieuse que Bush et ses sbires constituent un danger pour l'Amérique. Pour que, peut-être, en novembre 2004, le destin du monde ne tienne pas au comptage discutable de quelques centaines de bulletins de vote en Floride.

Sur France 2, vendredi 18 juin à 22 h 35. A partir du mercredi 23 juin au cinéma.

http://www.lepoint.fr/television/document.html?did=148668

Du 11 septembre 2001 à la guerre d'Irak - Odile Tessier - le point 17/06/04-674

Le 18, F2 (22 h 35), documentaire (sortie cinéma le 23 juin).



 



Odile Tessier



Fraîchement élu, George W. Bush déclare à des étudiants : « A ceux d'entre vous qui ont obtenu honneurs et diplômes, je dis bravo et aux étudiants médiocres, je dis : vous aussi, vous pouvez devenir président des Etats-Unis. » Le ton est donné. Le film de William Karel (portrait p.112) analyse sans complaisance les mille jours qui séparent les attentats du 11 septembre 2001 de la guerre d'Irak. Il met en lumière comment l'entourage de Bush - les néoconservateurs, les « faucons » - a pris le contrôle de la politique étrangère et comment il manipule le président. « Ce type n'est au courant de rien et la plupart des décisions passent au-dessus de sa tête », explique Karel. A partir des deux livres d'Eric Laurent, « La guerre des Bush » et « Le monde secret de Bush » (Plon), le réalisateur a réuni des témoignages comme celui de Norman Mailer - « Nous avons le pire président de l'histoire des Etats-Unis » - ou de Stanley Hoffmann, Robert Steele, ex-agent de la CIA, les dissidents de l'administration Bush David Kay et Joe Wilson, etc. Quant à ceux qui soutiennent Bush, ils sont peu nombreux à parler - le conseiller Richard Perle, David Frum, auteur des discours, ou Viet Dinh, créateur de la Patriot Act II, loi sécuritaire restreignant les libertés individuelles. Derrière ce réquisitoire apparaît le parcours de la famille Bush : le grand-père, Prescott, qui a fait fortune avec les nazis, le père, qui a armé Saddam Hussein et était en affaires avec les Ben Laden. Le film se termine sur les banderoles virulentes des manifestations anti-Bush. Un potentiel prêt à la relève



 



© le point 17/06/04 - N°1657 - Page 115 - 297 mots





Le monde télévision

Un budget de 500 000 euros et huit mois de tournage - Propose recueillis par Catherine Humblot - Le monde télévision-12 juin 2004-670


Jean François LEPETIT aurait bien aimé que Le Monde selon Bush soit


retenu à Cannes. Le producteur de Flach Film a envoyé une copie du


documentaire de William Karel à l’équipe de sélection du festival, qui le


prévient que le film de Michael Moore, Fahrenheit 9/11, sur le même sujet,


est attendu et qu’il ne pourra y avoir deux films contre George W. Bush.


Au tout dernier moment, le producteur apprend le choix du film américain.


« Un peu dur » pour celui qui a produit Trois hommes et un couffin,


Sous le soleil de Satan, Romance ! Il trouve que le film de Karel « n’est pas


démagogique », qu’il est « plus rigoureux et dense ».


Le projet remontait à février 2003. Jean-François Lepetit lit dans l’avion


La Guerre des Bush, d’Eric Laurent, qui révèle d’étranges zones d’ombre


autour du conflit en Irak. « Ce livre m’a confirmé dans ma révolte face à tout


ce qui se passait, dit le producteur. J’ai aussitôt eu envie d’en faire un film


dont l’impact serait plus grand. « Il appelle l’auteur, qui prépare un


deuxième livre, Le Secret des Bush. Il achète les droits des deux ouvrages


(Plon) et contacte des cinéastes, Barbet Schroeder, Costa-Gavras et Karel. Ce


dernier est disponible. Différentes chaînes sont contactées. Yves Jeanneau,


responsable de l’unité documentaire de France 2, réagit le premier et


apporte 150 000 euros dans une production dont le budget, un peu plus


gros que d’habitude pour un 90 minutes, s’élève à près de 500 000 euros


(sans compter les ventes, il y aura des préachats de télévisions suisse, belge


et australienne). William Karel commence le travail en septembre. Le


tournage s’étale sur huit mois. Le producteur sait que le réalisateur a besoin


de prendre ses distances par rapport aux livres et de faire « son » film.


Cinq jours après sa diffusion sur France 2, le documentaire de William


Karel sortira au cinéma (mercredi 23 juin à Paris). Deux DVD sont prévus


(Editions Montparnasse). Le premier, début juillet ; le deuxième,


en octobre, plus complet (format 2 × 52 minutes, avec des bonus). L’éclat


de la Palme d’or ne gène-t-il pas la sortie du film de Karel ? « C’est


un peu plus difficile d’exister » , répond le producteur.


Le monde télévision

William Karel :-669


Comme Michael Moore, vous avez réalisé un film sur George W. Bush. Comment est né votre projet ?
C’est une commande. Jean-François Lepetit M’a demandé si je voulais faire un film à partir des deux livres d’Eric Laurent, La Guerre des Bush et Le Secret des Bush (Plon). Le premier m’avait servi pour le dernier volet de ma série sur la CIA. Le deuxième m’a appris des choses que j’ignorais, sur les relations de Prescott Bush, le grand-père, avec les nazis et le chapitre sur la « mission divine » de Bush junior. Je m’étais fixé de ne plus tourner sur les Etats-Unis, ce qui me frustrait évidemment car CIA, guerres secrètes s’arrêtait à la veille de la guerre en Irak. J’ai donc accepté et, en quelque sorte, repris le feuilleton.


Vous avez dit que cela avait été un enfer pour obtenir des témoins...
Le principe de mes films, c’est l’histoire racontée par les témoins directs. Mais là, je traite de l‘actualité immédiate et il est beaucoup plus difficile de faire parler des témoins devant une caméra que pour un livre. Je ne me suis pas rendu compte que pour l’entourage direct du président, ma demande était inacceptable. On a pris contact avec une trentaine de personnes. Le premier cercle, les Dick Cheney, Donald Rumsfeld, Paul wolfowitz, Condoleezza Rice, a refusé. Mais - surprise ! - le deuxième cercle aussi, les conseillers, les Karl Rove, Andrew Card. Pas d’entretiens sans l’aval de la Maison Blanche !


Quelles sont les règles aux Etats-Unis ?
Les hommes politiques en activité sont soumis au devoir de réserve, mais ils peuvent parler dés qu’ils quittent leur poste, à condition de ne pas faire de révélations susceptibles de mettre en danger la sécurité du pays. C’est ainsi qu’on a eu David Frum, qui venait de quitter Bush pour rejoindre le secteur privé. C’est lui qui a inventé la célèbre formule de l’ « Axe du Mal ». Il a pu nous parler des prières collectives avant les réunions à la Maison Blanche et de la manière dont se préparaient les discours du président. Richard Perl, lui, a accepté de témoigner parce que je le connaissais d’un précèdent film, Les Hommes de la Maison Blanche, et parce Qu’il n’a pas de fonction « officielle ».On a attendu qu’il vienne dans le Luberon, où il vit six mois par an. Parmi les « proches » du président, on a eu ceux qui sont devenus des « dissidents », tels Joe Wilson, chargé de savoir si Saddam Hussein avait acheté de l’uranium enrichi au Niger, ou David Kay, alors à la CIA, à qui on a demandé de trouver les armes de destruction massive de Saddam. Le film s’est donc partagé entre quelques témoins directs et des écrivains ou historiens comme le romancier Norman Mailer, qui vient de publier un livre sur la folie de partir en guerre à Bagdad, ou Stanley Hoffman, de Harvard, auteur du 11 septembre, une divine surprise, des analystes très critiques.


Quelle est votre méthode pour les entretiens ?
Choisir des thèmes. Il y avait vingt points que je voulais traiter avec les témoins. Un des reproches faits à Michael Moore, qu’on pourrait m’adresser, c’est « l’effet zapping ». Chaque thème est assez riche pour constituer un film en soi :
La religion, le Patriot Act, les liens entre la famille Bush et l’Arabie saoudite, la façon dont l’équipe de Bush a réussi à faire croire que Saddam Hussein était derrière les attentats du 11 Septembre. Pareil pour le témoignage de Hans Blix. Il était désespéré. Il a été traîné dans la boue par Paul Wolfowitz et l’objet de rumeurs ignobles sur sa vie privée.


Quand avez-vous su que Michael Moore tournait un film comparable au vôtre ?
Dés ma première rencontre avec Frank Carlucci. Il m’a dit que Michael Moore faisait un documentaire sur la famille de Ben Laden. Il a ajouté qu’il ne lui parlerait jamais. « Je ne reçois pas les gauchistes », a-t-il dit sur le ton de la plaisanterie. Comme si j’étais du Parti républicain…


Dans le climat actuel aux Etats-Unis, le fait d’être français vous a-t-il gêné ?
Jamais. J’ai un passeport suisse. Mais je pense surtout qu’ils ne nous prennent pas vraiment au sérieux.


Pourquoi d’anciens membres de la CIA acceptent-ils de vous parler aussi longuement ?
Parce que personne ne les interroge, ne va les voir. Ceux qui sont très critiques ne s’expriment nulle part. Ils sont ravis de pouvoir parler !


Pourquoi un homme aussi influent que Frank Carlucci vous a-t-il reçu ?
C’est un des hommes les plus puissants de Washington –à la CIA, on l’appelle Don Corleone ! C’est la troisième fois que je le vois. Mystère ! Je l’ai pourtant toujours prévenu des sujets qu’on allait aborder. Par exemple, sur le fait que Bush père siège au conseil d’administration du groupe Carlyle, dont une filiale vend des chars et des missiles au Pentagone avec l’aval de son fils. Cette fois, c’était pour lui demander si, lorsqu’il était secrétaire à la Défense sous Reagan, il avait livré de l’anthrax à Saddam Hussein et si, à la réunion annuelle du groupe, qui avait eu lieu le 11 septembre 2001, à 9 heures du matin, il y avait bien un frère de Ben Laden, Shafiq Ben Laden, parlant affaires au côté de George Bush Sr. Je lui ai écrit. Une semaine après, il m’a dit : « Vous pouvez venir ».


Le deuxième ouvrage d’Eric Laurent est davantage centré sur les relations avec Israël. Comment avez-vous travaillé avec lui ?
Les livres d’Eric Laurent ont nourri mon film, mais on n’a pas travaillé ensemble. Toutefois, Eric Laurent connaissant Ariel Sharon, on a essayé pendant six mois d’obtenir un entretien avec lui et avec un de ses ministres pour parler des relations avec le gouvernement Bush. Ils ont répondu qu’ils n’avaient pas le temps. Du coup, on a réduit cette partie.


Comment définissez-vous votre démarche : documentaire politique ? Pamphlet ?
Ni film à charge, ni pamphlet. Michael Moore a le culot phénoménal de prendre position. Il est américain, engagé dans la campagne électorale avec les démocrates. Pour moi – c’est ma conception du documentaire -, le commentaire ne prend pas parti : il apporte des faits, des chiffres. J’aurais adoré pouvoir dire que Rumsfeld et Bush sont des fous dangereux, que leur soutien inconditionnel à Sharon est le pire service qu’on puisse rendre à Israël, mais je ne l’ai jamais fait, dans aucun film. Certes je m’abrite derrière des témoins qui vont dans le sens de ce que j’aurais envie de dire… J’essaye de faire le bilan des 1 000 jours de Bush, de juxtaposer les erreurs ou horreurs commises. Il n’y a pas de révélations fracassantes mais disons que, mises bout à bout, toutes ces choses prennent une petite force.


Croyez-vous au pouvoir d’un film ?
Absolument pas. Le Monde a publié récemment L’information selon laquelle un rapport du 6 août 2001 s’était trouvé sur le bureau de la Maison Blanche, disant, avant les attentats du 11 Septembre, que des terroristes allaient détourner des avions de ligne pour s’en servir comme armes aux Etats-Unis. Quand j’ai révélé ces faits, confirmés par deux anciens directeurs de la CIA, dans CIA, guerres secrètes, diffusé il y a un an sur Arte, il n’y a pas eu une seule ligne dans les journaux. Un an après, c’est devenu un évènement.


Propos recueillis par Catherine Humblot.



 


 

http://www.lefilmfrancais.com

Bush - Editorial de Sophie Dacbert - Le film français - 11 juin 2004-667

Bush



Bush sur toutes les bouches. Bush star du petit et du grand écran. Bush propulsé sur la planète Hollywood. C’est le cas de le dire, quelques jours après la venue du président américain en Europe pour la célébration du 60e anniversaire du D-Day, aux côtés des chefs d’État européens et russe… et de Tom Hanks, l’interprète du Soldat Ryan lui aussi présent sur la Côte normande pour l’occasion. Mais si Georges W. Bush a connu la semaine passée une de ses plus belles heures de gloire médiatique, grâce aussi au vote par l’ONU de sa résolution pour l’Irak, l’avenir lui réserve encore quelques gros plans, plus cinématographiques et autrement plus réalistes… mais moins valorisants. Deux films lui donnent en effet “la vedette” à huit jours d’intervalle : outre Fahrenheit 9/11 qui sort bien aux États-Unis le 25 juin, sur plus de 1 000 copies et, à partir du 7 juillet en France sur pas moins de 250 écrans (puis le 9 du même mois en Grande-Bretagne, le 16 en Allemagne, le 23 en Espagne, et en août au Japon et en Italie), un autre documentaire apporte un éclairage tout aussi révélateur et passionnant. Le monde selon Bush de William Karel, diffusé le 18 juin sur France 2, cinq jours avant une sortie en salle judicieusement désirée par son producteur Jean-François Lepetit, se voit comme la plus haletante des fictions, avec son lot de personnages dignes du Parrain, de témoignages incroyables mais vrais, de rebondissements auxquels les meilleurs scénarios d’espionnage n’ont rien à envier. Plus enquête que pamphlet, ce film français est complémentaire de la Palme d’or emportée par le trublion américain Michael Moore. Et prouve, si besoin en était encore, l’urgence d’un regard sur le monde autre que celui bien aseptisé, voire déformant, des journaux télévisés, comme l’intérêt à ce que le cinéma se mêle parfois de la réalité. Même si, contrairement à Ronald Reagan disparu cette semaine, George Bush n’aura pas droit, lui, à son nom gravé sur les célèbres étoiles de bronze et de marbre rose incrustées dans le trottoir d’Hollywood Bld.



 



 
http://www.voila.fr

Le Monde selon Bush-666

 

10/06 09:36  Après Michael Moore et son brûlot anti-Bush, palme d'or à Cannes, c'est au tour des Français William Karel et Eric Laurent de montrer leur violent réquisitoire contre le président américain "le monde selon Bush", que la chaiîne publique de télévision France 2 diffusera le 18 juin.



D'emblée, l'écrivain Norman Mailer donne le ton. Georges W. Bush, asure-t-il, face à la caméra, est "le président le plus stupide qu'aient jamais eu les Etats-Unis".



Ancien reporter-photographe des agences photos Gamma et Sygma, William Karel, qui a réalisé ce documentaire de 90 minutes avec le journaliste Eric Laurent, reconnaît son parti-pris: "Je ne peux pas cacher mon antipathie pour les Bush et pour leur entourage, pour ce qu'ils sont et ce qu'ils font".



Selon lui, le film tourne autour de "deux mensonges": comment on a pu faire croire que Saddam Hussein avait un lien avec le 11 septembre 2001 et comment on a pu faire croire qu'il détenait des armes de destruction massive.



A coup d'interviews, de photos, de films d'archives, le documentaire démontre comment le président américain est manipulé par un puissant courant de chrétiens ultra-conservateurs et un réseau d'hommes d'affaires à la tête des plus puissantes sociétés américaines, enrichis dans le commerce du pétrole et des armes.



Pour les auteurs du "monde selon Bush", rien ne permet de lier l'Irak aux attentats du 11 septembre. L'Arabie saoudite, l'un des plus puissants groupes de pression étrangers à Washington, avec ses énormes moyens financiers, est selon eux, bien plus impliquée que Bagdad.



Souvent puisés dans les livres d'Eric Laurent ("La guerre des Bush", "Le monde secret de Bush"), publiés chez Plon, quelques éléments mal connus refont surface. Le jour même où les avions s'écrasaient sur les tours du World Trade Center, le frère de ben Laden était en réunion dans un grand hôtel new-yorkais avec les dirigeants du groupe Carlyle. Le lendemain de l'attentat, un avion saoudien, le seul à être autorisé à survoler ce jour-là le territoire américain, rapatriait en Arabie saoudite tous les membres de la famille ben Laden présents aux Etats-Unis.



Le film évoque aussi la dynastie Bush, une famille que les auteurs du film n'hésitent pas à comparer aux familles maffieuses. Le grand-père, Prescott Bush, a fait fortune en prenant la direction d'entreprises nazies après l'arrivée au pouvoir d'Hitler. Quand à George Bush père, il avait donné son accord à l'expédition de souches d'armes biologiques en Irak; il conseille aujourd'hui des firmes qui font des affaires avec le ministère de la Défense, sans s'inquiéter des conflits d'intérêt.



Après son passage à la télévision, le documentaire sera présenté le 23 juin dans une salle parisienne. Il semble peu probable qu'il soit jamais diffusé aux Etats-Unis: seule une petite chaîne du câble, "Sundance Channel", "aurait l'audace de diffuser ce film", selon Yves Jeanneau, responsable de l'unité documentaire de France 2.

 



 







CAHIER DU « MONDE » DATÉ SAMEDI 19 JUIN 2004

Réquisitoire contre Bush - Un dossier accablant - Francis Cornu - Le monde télévision-12 juin 2004-665


Réquisitoire contre Bush


William Karel signe un nouveau documentaire, « Le Monde selon Bush », sur France 2, qui révèle la personnalité du président américain et souligne les compromissions et les mensonges de la Maison Blanche, depuis le 11 Septembre jusqu’à la guerre en Irak.


Un dossier accablant


En accumulant les éléments à charge et en faisant défiler de nombreux témoins, le réalisateur


William Karel dénonce, en procureur rigoureux, les tromperies de George W. Bush et de son entourage. Son documentaire Le Monde selon Bush » est diffusé dans « Contre-courant », sur France 2, vendredi 18 juin à 22 h 35. Avant sa sortie au cinéma et son édition en DVD


Dès les toutes premières images, on est fixé. Avant même le générique, William Karel manifeste ses


_ mauvaises ? _ intentions, avec franchise. George W. Bush apparaît lors d’une cérémonie sur un campus, revêtu de la toge universitaire. Le chef de la Maison Blanche s’adresse « aux étudiants médiocres » et leur dit : « Vous aussi vous pouvez devenir président des Etats-Unis… »


Bien sûr, même George W. Bush est capable d’auto dérision. Mais il ne s’agit pas seulement d’humour. Comme certains interlocuteurs de William Karel le souligneront plus tard dans le film, une grande partie de l‘électorat de L’Amérique profonde se reconnaît pleinement dans la simplicité ou le simplisme de ce président, quand une autre partie de l’opinion américaine, représentée ici par l’écrivain Norman Mailer, n’hésite pas à le traiter, ni plus ni moins, de « crétin ». Il faut le savoir : cet homme si décrié, à l’intérieur des Etats-Unis et beaucoup plus encore à l’extérieur, incarne à sa façon le rêve américain. Tout est possible !



Le Monde selon Bush


Avec Le Monde selon Bush il aurait pu concourir au Festival de Cannes, mais il n’y avait pas place pour deux documents anti-Bush. Dommage ! C’est celui de Michael Moore, Farenheit 9/11, qui a remporté la Palme d’or. Les deux films sont comparables et néanmoins fort différents. William Karel est autrement plus discret que son confrère américain. Contrairement à celui-ci, il ne se met pas en scène et ne se veut pas militant. Certes un réquisitoire est orienté mais l’accusation doit relever d’une démonstration. William Karel a un souci de rigueur qui n’est pas celui de l’auteur-acteur Michael Moore.


Les interlocuteurs de William Karel figurent tous dans un dossier à charge mais tous ne sont pas des ennemis, des amis déçus ou repentis de George W. Bush, tant s’en faut. Le documentariste français fait ainsi appel à deux éminences grises des présidents Reagan et Bush, père et fils, Richard Perle et Franck Carlucci, qui continuent de servir les intérêts du locataire de la Maison Blanche, le premier depuis sa demi retraite du Lubéron, le second à la tête du tout-puissant groupe d’investissement Carlyle, dont les collusions avec la famille Bush sont des plus troublantes. L’impénétrable Franck Carlucci confirme que Shafik Ben Laden, frère d’Oussama et chef d’un consortium familial qui pèse lourd en Arabie saoudite comme aux Etats-Unis, était présent aux côtés de George Bush père, l’ancien président, à la réunion annuelle de Carlyle, le 11 septembre 2001, au moment même où les tours jumelles de Manhattan s’effondraient. Richard Perle, bien que soutenant à fond le recours à la force en Irak ou ailleurs, laisse entendre une méfiance que n’a pas la Maison Blanche à l’égard de l’Arabie saoudite, qualifiée par un autre témoin de « mère nourricière du terrorisme ». De là à penser que l’administration Bush s’est délibérément trompée de cible en frappant l’Irak, il n’y a qu’un pas que William Karel franchit par témoins interposés.


Le documentariste-procureur met la même application à mettre en valeur le soutien déterminant apporté à Bush le Pieux par la droite chrétienne ultra. Celle-ci défend tellement Israël et Ariel Sharon que désormais ceux-ci n’ont plus guère besoin du lobby juif américain. La démonstration est aussi cohérente au sujet des mensonges sur les armes de destruction massive et le lien prétendu entre Saddam Hussein et Oussama Ben Laden qui ont « justifié » la croisade en Irak. A quelques excès près - notamment l’image de George Bush père semblant faire un salut hitlérien, juste après la révélation des affaires faites par le grand père, Prescott, avec les nazis -, ce dossier à charge est aussi confondant qu’accablant. Exemplaire.


est un réquisitoire. C’est évident. Il s’agit bien d’une dénonciation en règle du pouvoir de George W. Bush et de l’aventure irakienne, sa grande oeuvre. Mais William Karel est un procureur rigoureux. Son dossier est solide. Il fait défiler de nombreux témoins, malgré la difficulté d’en trouver pour une telle entreprise, irrespectueuse et iconoclaste (lire entretien ci-contre). Au fil de ce documentaire, l‘auteur interroge chacun de ces témoins en les convoquant et reconvoquant sans cesse, en les confrontant les uns aux autres selon un montage très serré. On retrouve avec plaisir et intérêt une méthode et une manière qui ont fait la grande réputation de William Karel, en France et bien au-delà de l’Hexagone, depuis Histoire d’une droite extrême jusqu’à CIA, guerre secrète, en passant par Israël-Palestine, une terre deux fois promise, Les Hommes de la Maison Blanche, ou l’étrange et révélateur travail de faussaire que fut Opération Lune. Souvent primé, William Karel vient d’être récompensé au dernier FIPA pour l’ensemble de son oeuvre.

Interview with Eric Laurent on the film THE WORLD ACCORDING TO BUSH

When you started writing La guerre des Bush, did you think that there could be a possible film or TV adaptation ?



Quite frankly, no. I thought that the subject – the ambiguities and the secrets of the Bush family – was too sensitive and touchy and I couldn't imagine a producer running the risk of making a documentary of it. The first book was published before the launch of the military intervention in Iraq and remember how, despite public opinion taking a stand against this intervention, there was nonetheless a sort of consensus around the justification for it because of the threat posed by Saddam Hussein. What seemed dangerous to me was the attitude of the Bush administration that developed a number of points that turned out to be totally false concerning the so-called threat posed by the weapons of mass destruction.



But I didn't feel that my investigation could become the object of a documentary and a TV and film adaptation. I was won over by the determination of Jean-François Lepetit who, from early February 2003, started working on the adaptation at a time when the book had only just been published and before it became a success translated into 21 languages.



How did you work with William Karel? Did you know him before this project ?



I knew William Karel, I had seen his documentaries and notably his series on the CIA as well as part of the series broadcast on Arte on Les Hommes de  la Maison Blanche. I felt that we had a similar approach: a desire to stick closely to the facts and not to be content with the official truth. I think – and this is the mainspring of all my investigations – that behind each official truth there is a hidden reality and that is what I wanted to reveal in relation to Bush and his totally atypical administration.



We are facing a totally new phenomenon in the world of politics: for the first time, an administration made up of men from the ultra-fanatic Christian right and neo-conservatives have taken over control of American foreign policy and are now in the process of redefining international relations.



We have entered a totally new period of deep instability and uncertainty in which international law has been denied and ignored. Moreover, the decision to carry out a pre-emptive intervention creates chaos and the law of the jungle and makes relations between countries much more unpredictable and dangerous: tomorrow, in the name of this principle, Pakistan could attack India or North Korea could launch missiles against Japan.



It's also worth pointing out that we are confronted with an unprecedented and extraordinary succession of official lies. A man like John Dean who was Nixon's legal adviser and the first to have launched the Watergate Affair by admitting to a congressional committee of inquiry that Nixon was tapping phones at the White House, feels that "if the American system is healthy, in the long run the American President should be summoned before Congress and subjected to impeachment", in other words, threatened with a process of destitution because the manipulation of the facts and the cynicism with which they have been stated are so serious. They have led a country and, indirectly, the rest of the world into a war that we now realize was totally unjustified.



What differences are there between writing a book and working on a film? How did you go about working with William Karel ?



I worked alone on the books but work on a film is a collective undertaking throughout which Jean-François Lepetit and Agnès Vicariot played a crucial role. And there, indeed, a certain number of obstacles arise: there are people who can agree to talk to you before you write your book but who refuse to talk to the camera, probably because the contents of the book bothered them. Other witnesses who had agreed to talk to me during my investigation were afraid to appear on camera. We had to deal with a whole new series of different parameters. But I think William Karel managed it all very well.

Interview with William Karel on the film THE WORLD ACCORDING TO BUSH

Your film is largely based on an investigation carried out by Éric Laurent. How do you go from a book to a documentary ?

I read Éric Laurent's first book, La Guerre des Bush, while I was making my previous film on the CIA [CIA, guerres secrètes, broadcast on Arte]. I had just finished shooting and I was about to begin editing when it was published. I found it fascinating. To the extent that I even went back to see one of the people that I had questioned because I had learnt some new things about him. After the film, I read the second book, Le Monde secret de Bush, with the same interest. And then, one morning, Jean-François Lepetit and Agnès Vicariot called me to tell me that they had just bought the rights and wanted me to adapt it. CIA, guerres secrètes was my seventh documentary on the USA so I felt that I had more or less finished dealing with the issue… At the same time, it was becoming like a sort of serial for me and I was eager to see what would happen next. The film was broadcast at the very start of the war in Iraq and I was keen to return to the USA to see how things were developing there. So I accepted.



Did you try to find all the witnesses that Éric Laurent had met for his investigation ?

That wasn't really possible. It's much easier to contact people when you work for the written press. Firstly, because of the reputation of a newspaper  (Éric Laurent was writing for Le Figaro) but, above all, because you can quote them under the cover of anonymity, something which is clearly impossible on television.  Especially as my films tend to use direct accounts because I usually deal with already historical subjects and the witnesses, in general, are no longer obliged to respect confidentiality. Here, we were dealing with current events, so there was an immediate barrier.



So, as a result, your film favours extremely critical witnesses …

It's true that people like Stanley Hoffmann or Norman Mailer don't hold the Bushes in particularly high esteem and, indeed, hate them outright. There are also people whom you could call "dissidents", like David Kay or Joe Wilson, who have worked for Georges W. Bush's administration but who have now resigned. As for those who support Bush and the war in Iraq, they virtually all refused to appear. We tried twenty times at least to approach Paul Wolfowitz but he sent us packing each time. I won't even mention Bush senior… The worst one is Dick Cheney: it's impossible to get near anyone in his entourage.



And as for the few who accepted…

We obtained Richard Perle because I had known him since my previous film and he owns a house in France but, above all, because he no longer holds any official function. The only "official" member of Bush's entourage who agreed to speak to us was David Frum, the writer of the president's speeches and "inventor" of the "axis of evil" catchphrase. For other witnesses, things were more complex. Frank Carlucci was willing to talk to us but not about everything. He categorically refused to talk about the ties between Saddam Hussein and Bush senior and was horrified to think that we could even raise the issue. Michael Ledeen, one of Reagan's former advisers, was in a more ambiguous position. He has remained loyal to Bush senior but has no particular sympathy for his son. He was willing to refer discreetly to the weapons of mass destruction but he wouldn't go much further. Just think: if Bush junior finds them, he will have to explain that his it was his own father who shipped the weapons to Iraq when he was in office!

Certain people saw your previous film, Opération Lune, a hoax documentary, as an attack on America. With this new film, you aggravate the case…

Even if I don't give my own point of view directly, it's hard to remain objective about such a subject and, to be honest, I don't have much faith in objectivity in a documentary. I cannot conceal my antipathy for the Bushes and their entourage, for what they are and for what they do.

People could reply that they didn't set up the system that they are using, notably this collusion between politics and the military industrial complex. In the days of Nixon, Kissinger, etc., things weren't much better…

That's true. In fact, Eisenhower, in his farewell speech, already warned the Americans of the danger that the development of the military-industrial complex represented for democracy. But the thing that has   changed is the president's position. Nixon was an unscrupulous manipulator true, but he was above all an intelligent man who took part in the all the decisions taken by the White House, who was never sidestepped by his advisers. When George W. Bush states, as he did recently, that he hadn't been informed about the cases of torture in the prison of Abou Ghraib, the worst thing is that I believe him! The man isn't aware of anything, most of the decisions go above his head. Nixon was capable of working 23 hours a day but Bush junior takes five-hour naps in the middle of a war! Another totally new element is the weight and influence of the presidential entourage. Just think, Bush senior is on the board of Carlyle and so indirectly sells the tanks and missiles that the Pentagon needs to wage his son's war! Cheney's wife is with Lockheed-Martin that sells military equipment to her husband! Cheney himself, former CEO of Halliburton, now helps to enrich that same company! It doesn't seem credible! These people make money by every means possible, without the least morality or any feelings of impunity. In order to illustrate this aspect of the situation, I decided to refer to the meeting of the Carlyle board that a member of the bin Laden family attended on the morning of September 11 2001. In itself, it doesn't really mean much but, symbolically, it sums up the situation perfectly: just as his brother's hirelings were crashing two planes into the Twin Towers, Shafiq bin Laden was calmly discussing business with George Bush Sr.



Even so, eight films about the USA and not about its most glorious aspects… Do you have a problem with the country ?

Well, no. (laughter). I'm very fond of the country. Because of what it represented for the people of my generation: a model, the origin of all the emancipation and contestation movements. But also because it's very pleasant to work there. When I was making my film on the Giscard years [VGE, le théâtre du pouvoir, broadcast on France 3], it was a genuine nightmare obtaining interviews about events that took place 30 years ago! In the USA, once people have left office, they talk openly. The director of the FBI who appears in my film on the CIA left his job on a Friday evening. The following day, Saturday, we started filming his interview! For the former CIA agents, it was a little more complex because a law prevents them from even writing a single line without having it approved by the Agency. But there's a judicial void concerning TV interviews that they eagerly give en masse. When I went to see the men who had been ordered to prepare Castro's assassination, they would start by asking me, "Are you really interested in all these old stories?" then they would start telling them. On top of that, I love American politics; I read a great deal, I gather documentation. When you have a pass to enter the White House or a 24-hour pass for the Pentagon, that's a wonderful thing. When I was shooting Les Hommes de la Maison Blanche, Clinton had just taken office and so didn't feature in the film at all. But his press agent asked us if we would like to follow him for a day… I dropped everything to do that. For the simple pleasure of being in the escorts, of seeing how everything works…  A child-like fascination.



So, in spite of everything, you still have hope in the USA…

When I look at what is happening in American society, from the return to "traditional values" to Mel Gibson's film, via the furore over Janet Jackson's breast, the banishing of live TV broadcasts, the dismissal of certain journalists, the Patriot Act, the unwavering support for Sharon who is forcing Israel towards suicide, etc., I can't help but feel dismayed because I see all that as a step back. But, at the same time, you have the demonstration by a million women protesting against any change to the law on abortion, you have the films of Michael Moore, you have the senator Robert Byrd, a man of 85 who looks who as if he has just stepped out of a film by John Ford and who pronounced a violent diatribe against the Bush administration… Not everyone is asleep.



What can a film like yours change ?

Nothing. CIA, guerres secrètes mentioned the famous report of August 6 that the Agency sent to George W. Bush to warn him of the imminence of a terrorist attack. I met two directors of the CIA who showed it to me - outside of our interviews because they couldn't speak about it - and I used this element in the commentary, giving the date, showing the first page and questioning an agent who had had it in his hands… There must have been 4 minutes of the film devoted to it in all and Arte broadcast the film at 8:40 PM. Well, it went totally unnoticed! One year later, Le Monde ran a headline that read "Rumours of a missing report…" This makes me very angry but, deep down, I lost my illusions when I made Histoire d'une extrême droite that related the rise of Le Pen. Among the letters that I subsequently received, most of which were insults, there was a woman who congratulated me saying, "Thank you for opening my eyes. I had supported Le Pen for 15 years. I have just shifted my allegiance to Bruno Mégret!" (laughter).



Christophe Kechroud-Gibassier

Edition spéciale Production TV

The hidden face of George Bush


A quelques mois de la tenue des élections présidentielles américaines, et en attendant le film de Michael Moore consacré à l’actuel dirigeant des Etats-Unis, la France se penche elle aussi sur le cas George Bush avec un film qui pourrait faire grand bruit : Le Mystère Bush.

Le projet de départ revient au producteur Jean-françois Lepetit (FlaCh Films), qui, découvrant à sa sortie, l’ouvrage d’Eric Laurent, La Guerre des Bush, y a tout de suite vu le point de départ d’un documentaire.


Essentiellement axé autour de Bush, père et fils, leur activités dans le pétrole et leurs conséquence sur la déclaration de guerre des Etats-Unis à l’Irak, cet ouvrage allait, peu de temps après, être suivi d’un deuxième tome, Le monde secret de Bush, cette fois centré sur les rapports du locataire de la Maison Blanche avec des milieux religieux. De ces deux ouvrages est né ce documentaire qui propose une « autopsie de la présidence américaine pour ne plus se contenter des vérités officielles ».


Aux commandes du film, qui comporte de nombreuses interviews – Richard Perle, Norman Mailer…-, l’on trouve l’éminent documentariste William Karrel, coauteur avec Eric Laurent. Produit pour un montant de 1,9 millions d’euro, le film , en phase de finalisation, a déjà fait l’objet de plusieurs préventes : en Suisse (TSR), en Belgique (RTBF), mais aussi en Australie (SBS). Des négociations sont en cour avec le Japon (NHK) et le Canada (ONF). Deux versions seront disponibles . L’une de 2 fois 52 minutes, à découvrir sur France 2, et une autre de 90 minutes destinée au cinéma.


« J’ai voulu d’emblée une exploitation du film en salle pour l’étranger », souligne Jean-François Lepetit. A l’heure où nous bouclons, on évoque par ailleurs une possible présence au festival de Cannes, dans la sélection officielle mais hors compétition, en remplacement du film de Michael Moore qui ne sera pas près.


VOD

THE WORLD ACCORDING TO BUSH

THE WORLD ACCORDING TO BUSH