fr
en
Envoyer la page
Imprimer la page

LE PETIT POUCET

TÉLÉFILMS

Diffusion le 27 Janvier 2012
Un film de Marina DE VAN
Avec Denis LAVANT, Adrien DE VAN, Rachel ARDITI,
Valérie DASHWOOD, Ilian CALABER
durée du film : 90 minutes
Toutes les bandes annonces

Poucet, en compagnie de ses quatre frères, est abandonné dans la forêt, par ses parents qui ne peuvent plus les nourrir.


Il se réfugie dans une maison isolée où résident l’ogre et sa famille. Poucet rusé mais surtout  non résigné sauve ses frères du pire des prédateurs : un ogre cannibale, amateur de chairs d'enfant…


Son parcours lui aura appris les règles du pouvoir en ce monde. Il aura compris qu’il ne peut accorder sa confiance à personne. C'est donc en dominateur fortuné que cet enfant doux et discret reviendra dans sa famille…

DE VAN Marina

Opens external link in new windowTélécharger la filmographie

LAVANT Denisactor

L'ogre
Téléfilms
2012 « LE PETIT POUCET »

DE VAN Adrienactor

Le père
Téléfilms
2012 « LE PETIT POUCET »

ARDITI Rachelactor

La mère
Téléfilms
2012 « LE PETIT POUCET »

DASHWOOD Valérieactor

La femme de l'Ogre
Téléfilms
2012 « LE PETIT POUCET »

CALABER Ilianactor

Poucet
Téléfilms
2012 « LE PETIT POUCET »

SANTINI Bertrandactor

Auteur
Téléfilms
2012 « LE PETIT POUCET »

DE VAN Marinaactor

Réalisateur
Téléfilms
2012 « LE PETIT POUCET »
BANDE ANNONCE - EXTRAIT
  • EXTRAIT_0
    Extrait
  • EXTRAIT_1
    Extrait
  • EXTRAIT_2
    Extrait
REVUE DE PRESSE

LE PETIT POUCET Situations extrêmes - Positif

Marina de Van nous enchante avec Le Petit Poucet (O.). Greffant sur le conte de Perrault des éléments qu'elle emprunte à Swift (Gulliver, Une nouvelle proposition) et à Collodi (Pinocchio), elle reste fidèle à l'esprit du conte de fées, poétique et volontiers drôle même lorsqu'il dépeint des situations d'horreur.

Inédit LE PETIT POUCET - Le Blog TV NEWS

Avec sa mise en scène d’une simplicité presque littérale, on est frappé, selon le diffuseur, par la cruauté de cette histoire de famine et de sang, où la misère abolit l’amour des parents, où les petites filles riches s’apprêtent à dévorer les enfants pauvres avec des mines gourmandes. Un regard horrifié à hauteur d’enfant, où rien n’est bien qui finit bien.