fr
en
Envoyer la page
Imprimer la page

EN BREF

ABUS DE FAIBLESSE DE CATHERINE BREILLAT :
en programmation du Ciné Film Festival Espoo 2014 les 26, 27 et 28 août à Helsinki, Finlande
LAETITIA CASTA INCARNE ARLETTY :
dans le rôle titre du nouveau film d'Arnaud Sélignac actuellement en tournage depuis le 12 juin et jusqu'au 11 juillet à Paris et en région parisienne - cliquez sur l'image pour télécharger le dossier de presse

REVUE DE PRESSE

ABUS DE FAIBLESSE : BREILLAT SIGNE UN FILM BRILLANT ET PERVERS - CinéObs

C’est ce halo de mystère, remarquablement entretenu par la mise en scène, qui confère au film grandeur et étrangeté...

ABUS DE FAIBLESSE : LA CINÉASTE ET L'ESCROC, UN DUEL EXPLOSIF - Le Monde

D'un côté, une star du cinéma français doublée d'une professionnelle hors pair. De l'autre, un acteur débutant, venu d'une tout autre scène, et désiré pour cette raison même. La rencontre est explosive...

ABUS DE FAIBLESSE : LE TEMPS DU CINÉMA - Positif

Au commencement, il y a un drap, filmé plein cadre, comme un écran blanc tendu pour y projeter les images. Cette invitation au cinéma est accompagnée sur la bande-son du battement d'un coeur. Celui de Catherine Breillat, qui nous rappelle qu'elle est encore vivante et toujours cinéaste, prête à nous embarquer dans une nouvelle aventure filmique. Pourquoi une telle entame ? Flash back.

LA FABRIQUE DES HOMMES TRISTES de Michèle DOMINICI

En l'an 2000, l'Organisation Mondiale de la Santé a officiellement déclaré que la dépression atteignait les proportions d'une épidémie.

Aujourd'hui, 350 millions de personnes seraient touchées dans le monde. On estime qu'une personne sur deux connaîtra au cours de sa vie un épisode dépressif, que près de 20% des arrêts de travail lui sont dus et 75% des suicides. Selon l'OMS, la dépression sera la deuxième cause d'invalidité mondiale en 2020 dans les pays industrialisés, derrière les maladies cardio-vasculaires.

Cette enquête se propose de poser un regard inédit sur cette maladie en s'intéressant à son aspect collectif. Comment nos sociétés en sont-elles arrivées à fabriquer des hommes tristes ?

ARLETTY de Arnaud SÉLIGNAC, Yves RIOU, Philippe POUCHAIN

Alors que Paris vit sous le joug de l’Occupation allemande, en plein tournage des « Enfants du Paradis », au cœur d’une période tumultueuse de l’Histoire, Arletty, anticonformiste, continue de vivre au gré de ses envies et tombe sous le charme d’un jeune officier allemand, Hans Jurgen Soehring.

La liaison fera bruire le tout Paris, aussi bien dans les milieux collaborationnistes que résistants. Rien ne déstabilise la comédienne qui, portée par cet amour, refuse de se ranger dans un camp. Le portrait d’une époque trouble et complexe vue à travers la vie d’une femme, icône de sa génération, finalement rattrapée par ses choix à l’heure de l’épuration.

DES ROSES EN HIVER de Lorenzo GABRIELE

Jean (80 ans) atteint d’une maladie incurable a décidé de cesser le traitement et de mettre fin à ses jours. En compagnie de son épouse Madeleine, il l’annonce à ses enfants qui sont choqués d’apprendre cette décision puis tentent de comprendre, tout en essayant de le faire changer d’avis. Elsa, Thomas et Julien leurs enfants réagissent chacun de façon très différente, mettant en évidence leurs personnalités, leurs fragilités, les rapports qu’il entretiennent entre eux, et avec leurs parents.

Elsa, mère divorcée de deux enfants, est bouleversée tandis que Thomas, l’aîné, reste apparemment insensible et le cadet, Julien, surprotégé, semble comprendre la décision annoncée. Fortuitement Elsa découvre que sa mère, bien décidée à ne pas se retrouver seule, prépare également mais secrètement son « grand départ ».

Sur le ton de la tragi-comédie, il s’agit dans ce scénario d’aborder le thème de la mort de ses parents.

Paradoxalement, c'est bien la vie, ici, qui aura le dernier mot, donnant la force à chacun d’affronter le moment venu cette séparation pour l’éternité …

Nos productions

LES GARÇONS DE ROLLIN
« Ils sont là sur les photos de classe, ils me regardent… les garçons de Rollin… Rollin, le lycée à 200 mètres de chez moi… » Claude Ventura part sur les traces des fantômes qui hantent encore le lycée Rollin, un lycée parisien au pied du Sacré-Cœur, un lycée sous l’Occupation… Les garçons de Rollin… de très jeunes gens, presque des enfants, certains déjà résistants et héroïques devant les tribunaux et les pelotons d’exécution. Et d’autres qui ont pris d’autres chemins, ceux de la collaboration, de la milice ou même de la Waffen-SS. Et puis les élèves et les professeurs juifs, victimes de la répression orchestrée par Vichy, des rafles et des déportations.C’est le portrait d’une génération qui se dessine entre les lignes laissées vides des carnets adolescents, le regard de ces jeunes gens sur les photos de classe… ou sur les photos anthropométriques en noir et blanc retrouvées à la Préfecture de Police…